Centrale hydroélectrique de l'Ile Monsin: permis à renouveler

Le pont barrage.
Le pont barrage. - © google maps

La société Luminus s’apprête à lancer une étude d'incidence pour le renouvellement du permis de la centrale hydroélectrique de l'Ile Monsin. Les autorisations de 30 ans sont arrivées à échéance. Il n'est pas prévu de modifier quoi que ce soit, mais simplement de poursuivre la production d'énergie verte avec des machines increvables.

Le pont barrage n'a pas toujours servi à produire de l'électricité. Il a été conçu dans les années 20 pour réguler le cours du fleuve dans le cadre de l'exposition de l'eau. La différence de niveau entre l'amont et l'aval est de près de six mètres. C'est la société Cokerill qui a fabriqué les parties métalliques de l'ouvrage pensé, au départ, comme un dispositif de défense militaire avec des abris en béton armé et chambre de tir dans les culées.

Le pont barrage n'a évidemment pas survécu aux bombardements de la seconde guerre mondiale. Il a été reconstruit et c'est au milieu des années 50 que la centrale électrique a été inaugurée avec une turbine dite Kaplan, une turbine à axe vertical de plus de huit mètres de diamètre, à pales orientables. Elle produit du courant, en moyenne annuelle, selon le débit évidemment, pour l'équivalent de 14.000 ménages. Une centrale d'appoint au gaz a été adjointe 20 ans plus tard. Elle n'est utilisée, elle, que lors des pics de consommation, mais le groupe Luminus n'envisage pas de stopper cette installation de réserve. Ce sont donc les autorisations de ces deux unités qu'il s'agit de renouveler, après études d'incidences et enquêtes publiques.

 

M. Gretry

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK