"Ce qu'on fait à Reyers, c'est pour avoir des tunnels quasi neufs qui vont perdurer"

Alors que la circulation reste difficile aux alentours de la place Meiser à Schaerbeek suite à la fermeture de trois tunnels à l'entrée de Bruxelles, la porte-parole de Bruxelles Mobilité, Camille Thiry est venue expliquer la situation dans la Plus de Matin Première ce mardi.

Il faut dire que cette deuxième phase des travaux de rénovation du complexe Reyers a provoqué le chaos ce lundi à Bruxelles. Certains ont perdu deux heures à l’heure de pointe en étant complètement à l’arrêt.

Mehdi Khelfat: Camille Thiry, bonjour, vous êtes la porte-parole de Bruxelles Mobilité. On se met à la place des gens qui étaient dans leur voiture hier, est-ce que vous pouvez nous expliquer ce qui s’est passé ?

Camille Thiry: Ce qui se passe habituellement quand on change de phase dans un chantier de cette envergure. Les usagers se retrouvent parfois surpris devant la situation, devant les tunnels fermés. Ce n’est pas faute d’anticiper, de communiquer et d’informer, mais on remarque toujours un ou deux jours de battement, pendant lesquels les usagers doivent trouver leurs marques.

Mehdi Khelfat: Ce matin, est-ce qu’on est en train de vivre le même scénario ?

Camille Thiry: Non, ça va déjà mieux. Ça roulait.

Mehdi Khelfat: Pourtant, le mardi c’est plus dense que le lundi.

Camille Thiry: Une journée de mardi est normalement plus dense en termes de circulation. Mardi et jeudi sont pour nous les pires jours de la semaine, mais on remarque déjà que ça va mieux qu’hier, dans le sens où à 6 h 30 hier on avait déjà des remontées de file sur l’E40 jusqu’au kilomètre 3. Ici, ce n’était pas le cas, on ne va pas crier victoire et on conseille toujours aux usagers de faire attention et de prendre leurs dispositions évidemment.

"Peu de retentissement de ce changement de phase dans la presse"

Mehdi Khelfat: Il n’y a pas eu un manque d’information ? Il y a la colère de certains automobilistes et aussi la colère du bourgmestre de Schaerbeek, qui dit qu’il a eu des informations partielles, que les quartiers étaient complètement bouchés autour et qu’ils ont eu beaucoup de mal à faire face à ce qui s’est passé hier.

Camille Thiry: Pourtant, la commune de Schaerbeek fait partie prenante du comité d’accompagnement du projet et est très bien informée. En ce qui concerne les usagers, on a fait le maximum avec des campagnes médias et avec les réseaux sociaux, mais il est vrai qu’on a eu peu de retentissement de ce changement de phase dans la presse ce week-end. Lors de la première phase en janvier, quand on a fermé le tunnel E40 vers Reyers, vers Meiser, là on avait vraiment les JT qui en avaient parlé la veille, donc peut-être que les usagers étaient mieux avertis.

Un mal pour un mieux

Mehdi Khelfat: Vous avez en ce moment beaucoup de grain à moudre : tunnel Reyers, place Madou, tunnel Porte de Hal, Chaussée d’Ixelles, j’en passe et des meilleurs. En fait, il n’y a pas un endroit à Bruxelles où il n’y a pas ces petits panneaux orange. Pourquoi tout en même temps comme ça en ce moment ? C’est parce que les élections arrivent ? Qu’est-ce qui se passe ?

Camille Thiry: Non, ce n’est pas du tout lié aux élections, c’est surtout lié à un retard à Bruxelles en matière d’investissements pour les infrastructures, que ce soit les infrastructures voitures, parce que ce qu’on fait maintenant à Reyers c’est pour avoir des tunnels quasi neufs qui vont perdurer dans les décennies à venir, mais aussi pour les transports en commun. On est en train de terminer une nouvelle ligne de tram, le tram 9 à Jette, prolonger le tram 94 à Woluwe, Chaussée d’Ixelles, il y avait vraiment des investissements à faire pour cette artère commerçante. Donc, il y a énormément d’investissements à faire pour améliorer la mobilité à Bruxelles et on y travaille. On coordonne au mieux les chantiers, mais avec 4000 chantiers d’envergure par an à Bruxelles, c’est compliqué.

Mehdi Khelfat: Oui, et c’est aussi compliqué pour les automobilistes. Les travaux ici, sur le complexe Reyers — j’en parle en voisin puisque la RTBF est à ce niveau-là et on est un peu isolés autour de ces travaux — ça va nous emmener jusqu’à quand et pour quel résultat final ?

Camille Thiry: Les travaux maintenant dans les trois tunnels que vous avez mentionnés, c’est vraiment pour les refaire complètement. Donc, on démolit la toiture, on refait une nouvelle voiture, on refait l’étanchéité, on aura des tunnels complètement neufs d’ici fin 2018, début 2019. Les tunnels rouvriront ensuite et on entamera le réaménagement de la surface du boulevard Reyers afin d’avoir un boulevard urbain avec deux fois deux bandes, des pistes cyclables et des trottoirs élargis.

Reyers-Meiser : l'heure des grands travaux JT 19h30 du 26/01/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK