CBTC : les Chinois font aussi les yeux doux aux entrepreneurs flamands du VOKA

CBTC: les Chinois font aussi les yeux doux aux entrepreneurs flamands du VOKA
5 images
CBTC: les Chinois font aussi les yeux doux aux entrepreneurs flamands du VOKA - © Tous droits réservés

Le Centre technologique Chine Belgique (CBTC) fait les yeux doux aux entrepreneurs flamands.

A 1 an et demi de son ouverture complète, l’incubateur chinois de Louvain-la-Neuve organisait ce jeudi une visite de chantier pour une délégation du VOKA-Brabant flamand. Entrepreneurs flamands, mais aussi francophones, ont pu discuter des collaborations futures avec les Chinois dans le secteur des nouvelles technologies.

C’est en effet à l’initiative de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Brabant wallon, et en partenariat avec la direction chinoise du CBTC, que la délégation flamande a visité le chantier.

« C’est une de nos missions d’avoir des relations importantes avec les différentes communautés locales. Pas seulement les Wallons, mais aussi les Flamands et les Bruxellois », souligne le responsable chinois de l’incubateur, Jason YC Luo.

Pour le VOKA-Brabant Flamand, l’intérêt pour l’incubateur chinois est double. « Nous voulons nous faire connaître au-delà de nos frontières », explique Peter Van Biesbroeck, directeur général. « Mais nous voulons aussi aider nos entreprises, notamment nos PME et nos start-up, à s’ouvrir aux marchés extérieurs ».

Chinois, Brabançons flamands et wallons veulent donc coopérer, pour pouvoir entrer et se développer sur leurs marchés respectifs. « Il n’y a pas de frontière linguistique pour les entreprises », explique Céline Squelart, directrice de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Brabant wallon. Une coopération que les Chinois veulent développer aussi à l’échelon européen.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK