Caterpillar Gosselies : le rapport des experts porteur d'espoir sous conditions

Illustration
Illustration - © Belga - Eric Lalmand

Dans le dossier Caterpillar à Gosselies, le gouvernement wallon avait mandaté un cabinet d'experts. Ces derniers devaient évaluer la pertinence du plan de restructuration qui prévoit 1 400 suppressions de postes. Les conclusions ont été présentées confidentiellement ce matin et elles sont porteuses d'espoir. Mais elles posent aussi certaines conditions.

Le cabinet d'experts Berger, qui a été chargé de l’étude, est tout d'abord revenu sur la pertinence de ce plan de restructuration. Pour lui, il est tout à fait légitime et cohérent dans le contexte économique actuel. Mais, ajoute-t-il, licencier autant de travailleurs en une fois va entraîner l'entreprise dans une spirale négative qui pourrait vite devenir dangereuse pour l'avenir du site. Et de souligner que l'organisation actuelle du travail sur les chaînes pourrait connaître des ratés si le personnel est diminué. Pour les experts, il faudrait garder sous une forme ou une autre - du chômage économique ou  du temps partiel - un groupe "tampon" de travailleurs qui pourrait rapidement venir en renfort en cas de besoin.

Après 2015, la date butoir fixée par la direction pour être à nouveau concurrentielle, l'entreprise a toutes les chances de subsister. Mais il faut d’ores et déjà miser sur la fabrication de nouveaux produits comme les  moteurs TIER 4 qui seront aux nouvelles normes environnementales en application à partir de 2014 en Europe. Selon le cabinet Berger, en étant les premiers sur ces nouveaux marchés, Caterpillar deviendra concurrentiel et incontournable.

Les conclusions de cette étude doivent maintenant être digérées par la direction et les syndicats et elles auront peut-être une incidence sur les négociations en cours.

Christine Borowiak, Daniel Barbieux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK