Carlo Di Antonio ne veut pas d'une nouvelle ligne à haute tension entre Gouy et Oisquercq

Image prétexte
Image prétexte - © Tous droits réservés

C’est un nouveau rebondissement dans la saga autour du remplacement de l’ancienne ligne à haute tension entre Gouy-lez-Piéton(Courcelles) et Oisquercq (Tubize) : le ministre de tutelle refuse qu’on reparte sur une version aérienne comme le veut Elia. Le gestionnaire de réseau de transport d’électricité avait reçu le soutien des fonctionnaires délégués et techniques du Brabant wallon et de Charleroi au grand dam des communes de Tubize, Nivelles, Ittre, Courcelles et Seneffe. Celles-ci ont toujours estimé que l’impact visuel serait trop important dans une région où il y a déjà d’autres lignes et de nombreuses éoliennes. Les autorités communales concernées par le tracé pointent aussi une série de nuisances sonores dans certaines conditions météos ou encore des problèmes liés aux champs électromagnétiques auxquels certaines personnes sont sensibles. Les cinq communes avaient donc introduit un recours auprès du Gouvernement wallon au début d’année. Carlo Di Antonio, le ministre de l’Aménagement du territoire, leur a donné raison. Il souligne que les câbles surplombent notamment une ligne de chemin de fer, des Ravel et un site Natura 2000. Et puis il tient compte aussi du nouveau schéma de développement de l’espace régional (SDER) qui prévoit que toute nouvelle ligne jusqu’à une certaine puissance doit être souterraine et que pour celles à remplacer, il faut aussi essayer privilégier cette option. Elia pourrait donc devoir revoir sa copie mais le gestionnaire du réseau a encore la possibilité d’introduire un recours devant le Conseil d’Etat.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK