Cap 48: actifs, citoyens et heureux de l'être

L'équipe de la ferme de la Roseraie
2 images
L'équipe de la ferme de la Roseraie - © RTBF

Tous les jours, Serge, Ismaël et les autres viennent s'occuper des poneys, des chèvres et effectuer de petits travaux de jardinage. Ils désherbent les allées, entretiennent les bosquets de la Roseraie. Des activités qui rythment leurs journées et qu'ils peuvent mener à leur guise, mais qui rencontrent aussi un véritable besoin.

Une quinzaine de personnes souffrant de handicap mental contribuent ainsi au maintien en état du domaine de la Roseraie, un espace public de 2 hectares, aux confins d'Uccle et de Linkebeek.

"Se sentir utile leur procure de la joie"

Pascale Carrier est l'une des chevilles ouvrières du projet "Ferme de la Roseraie". Elle explique que ce projet vise l'inclusion des personnes différentes au sein de la société et du quartier en particulier. "Ils vont récupérer des palettes de bois pour construire un abri dans l'enclos de chèvres, ils font pâturer les poneys pour entretenir les pelouses, nettoient la mare, etc."

Des gestes précieux mais qui n'exigent pas d'eux une productivité à laquelle ils ne peuvent pas ou plus répondre. "Et se sentir utile leur procure de la joie, c'est naturel. Cette activité contribue aussi à les maintenir en forme, elle les oblige à sortir de chez eux. De plus, travailler avec des animaux est aussi un gage d'équilibre. Les poneys sont de remarquables compagnons qui favorisent l’interaction et la communication."

Le projet "Ferme de la Roseraie" est développé au sein de l'ASBL Pony City. Mais il a besoin d'un encadrement adapté. Le soutien de Cap 48 contribuera au paiement d'un animateur mi-temps.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK