Cannabis : bad trip pour les CBD shops

Green Power, la première enseigne CBD shop ouverte à Namur, sera sans doute la première à fermer ses portes, probablement le 1er juillet prochain.
Green Power, la première enseigne CBD shop ouverte à Namur, sera sans doute la première à fermer ses portes, probablement le 1er juillet prochain. - © RTBF - Flou

Commerce à louer... A Namur, l'enseigne Green power sera sans doute la première à mettre la clé sous le paillasson. "Je liquide mon stock et puis j'arrête, annonce Stéphane Gabrys, le patron du magasin. C'est difficile de continuer à gagner sa vie en vendant du cannabidiol." Green Power va également fermer son enseigne de Ciney.

Pour rappel, le cannabidiol est une molécule contenue dans le chanvre, une plante qui n'est pas considérée comme stupéfiant quand elle contient moins de 0,2 % de THC. En Belgique, des dizaines de CBD shops ont brusquement ouvert l'été dernier, dans zone un peu grise entre coffee shop et herboristerie.

Taxés comme des cigarettes

Pour les CBD shops, le vent a tourné en avril dernier quand le SPF Finances a classé les produits à fumer à base de cannabis dans la même catégorie que le tabac, avec des conséquences financières très lourdes pour les commerçants : 31,5 % de droits d'accise sur le prix de vente; plus un droit d'accise spécial de 48,3 euros par kilo; plus 21 % de TVA... La marge bénéficiaire des commerçants est divisée par trois ou quatre.

Le SPF Finances précise que les produits à fumer à base de chanvre "ont toujours été taxables". La communication du mois d'avril n'était en rien une nouvelle règle mais l'interprétation du droit existant. Ce qui signifie que les CBD shops sont dans l'illégalité depuis des mois. Et que l'Etat pourrait très bien leur réclamer les taxes impayées ainsi que des amendes.

"Ce n'est plus rentable"

A Namur, un autre CBD shop pourrait fermer ses portes très prochainement, l'enseigne Hemp flower, située rue du Pont. "Je vais essayer de me reconvertir, explique le gérant Christophe Vandervorst. Peut-être dans la cigarette électronique. Mais c'est clair que le cannabidiol, dans ces conditions, ce n'est plus rentable."

Le discours est un peu différent chez le troisième acteur namurois du secteur, l'enseigne Marcel CBD shop, qui a ouvert douze magasins en Wallonie, dont certains franchisés. "Avec ce régime fiscal, la plupart des CBD shops vont disparaître. Seules quelques enseignes vont survivre. Nous sommes bien placés pour résister parce que nous ne vendons pas que des fleurs de chanvre mais aussi des produits cosmétiques et alimentaires dérivés du chanvre : des huiles, des crèmes, des thés..."

Reste que neuf personne sur dix qui poussent la porte d'un CBD shop viennent d'abord pour acheter des fleurs séchées à fumer. Commercialement, si la législation sur le tabac est effectivement appliquée, le fonds de commerce des CBD shop s'effondre. Un certain nombre de commerçants, pour échapper à l'emprise de la loi sur le tabac, prétendent vendre non pas des produits à fumer mais des fleurs séchées qui "sentent bon", pour fabriquer un "pot pourri". Mais personne n'est dupe.

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK