Cancer: la clinique Saint-Luc de Bouge est la première à intégrer un réseau d'échange européen

La clinique Saint-Luc de Bouge.
La clinique Saint-Luc de Bouge. - © RTBF

La clinique namuroise est en effet la première, en Belgique, à intégrer un réseau européen d'échange d'informations. Il s'agit de la plateforme CODE de collecte et de partage de données sur le cancer, dont l'objectif est de trouver le traitement le plus approprié pour soigner chaque type de cancer et accélérer les procédures pour faire reconnaître et rembourser des traitements.

Qu'est-ce que cette plateforme doit apporter de neuf ?

Actuellement, il y a déjà toute une série de données sur le cancer qui sont collectées dans les différents hôpitaux belges. Mais la plateforme CODE doit permettre des collectes d'informations anonymes plus rapides, plus précises et de les étendre à un territoire bien plus vaste, et donc d'avoir accès à plus de données.

Qu'est-ce que cela doit permettre ?

Quand on parle de cancer, on parle de dizaines de traitements différents : chimiothérapies, immunothérapies, radiothérapies pour ne citer que quelques cas.

Alors quel traitement choisir ? Sur cette plateforme, le médecin pourra consulter des cas similaires à celui qu'il doit traiter. Voir ce qui est prescrit en fonction du type de cancer mais aussi par exemple de l'âge et du sexe du patient, et ce qui semble le plus efficace.

Ces nouveaux traitements les plus efficaces pourront également être plus facilement ciblés pour un remboursement Inami.

Quand ces changements seront-ils d'application ?

La plateforme CODE est déjà utilisée par plusieurs hôpitaux européens. Ici, la clinique Saint-Luc de Bouge espère pouvoir pleinement participer d'ici la fin de l'année.

Elle vient d'acquérir un nouveau logiciel qui permet de collecter automatiquement les données des prescriptions des chimiothérapies. C'est une première étape essentielle. Ce logiciel sera installé dans les semaines à venir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK