C'est le flop complet des échanges de profs à Bruxelles

RTBF
RTBF - © RTBF

L'immersion linguistique a de plus en plus la cote auprès des parents. Mais le nombre d'écoles bruxelloises pratiquant l'échange de professeurs entre les deux communautés est en chute libre. Elles ne sont que quatre cette année, contre 38 lors de l'année scolaire 2008-2009.

Le ministre en charge de l'enseignement en Flandre, Pascal Smet, avait pourtant fixé la barre à 30 écoles.

Depuis quelques années, à Bruxelles, écoles francophones et néerlandophones peuvent échanger leurs professeurs. Le but est simple : favoriser l'apprentissage de la seconde langue par l'immersion, grâce à des enseignants issus de l'autre communauté linguistique. En 2008-2009, le programme rencontrait encore un relatif succès. Une petite quarantaine d'écoles avaient procédé à un échange d'enseignants. Pour l'année scolaire en cours, le bilan s'avère catastrophique. Il ne reste plus que quatre écoles en lice. Une misère par rapport à l'objectif de 30 écoles fixé par le Ministre de l'enseignement flamand, Pascal Smet. Il avait pourtant veillé à mieux informer les directions d'établissement de l'existence de tels programmes d'échange. Mais apparemment, l'excès de charges administratives décourage pas mal d'écoles. Les directions se plaignent souvent du nombre de circulaires à appliquer chaque année. Un programme d'échange entre enseignements de communautés différentes génère - on s'en doute - son lot de formalités. Pascal Smet va se concerter avec les écoles ayant pratiqué l'échange de professeurs avant d'y renoncer. L'objectif reste d'étendre et d'approfondir le principe de l'immersion linguistique par échange de professeurs dans l'enseignement bruxellois. Avant que la bureaucratie ne le tue dans l'oeuf.

 

P. Carlot

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK