Urbanisme: Inter-Béton Bruxelles fait dans la dentelle

Le site Inter-beton à Bruxelles sera complètement réaménagé
3 images
Le site Inter-beton à Bruxelles sera complètement réaménagé - © Tous droits réservés

Des immenses tas de sable, de grosses bétonneuses, des pelleteuses et une tour grossière : cette vue, les habitants de la très branchée tour Up-Site ne la regretteront jamais.

Une situation centrale au cœur de Bruxelles

Ici, on est au bassin Vergote, le long du Canal - juste à hauteur de Tour et Taxis. Autant dire le cœur de la Ville. La société Inter-Béton y est installée depuis 1962. Elle y emploie de manière directe -mais aussi indirecte- une centaine de personnes. Chaque jour, 220 camions vont et viennent.

Chaque année, l'entreprise livre 170 000 tonnes de béton prêt-à-l'emploi, sur des chantiers de la ville. Elle utilise au maximum la voie d'eau.  "Seul le dernier kilomètre est effectué par camions, explique le responsable de production Thierry De Bonnet. Le béton doit être livré au plus tard 90 minutes après sa production". Pour la société qui dépend du groupe allemand Heidelberg, conserver une place centrale dans Bruxelles est primordial: Bruxelles est un grand consommateur de béton, poursuit Thierry De Bonnet. Entre 400 et 600 mille m3 sont nécessaires chaque année uniquement pour les chantiers bruxellois. il ne faut pas venir de l'extérieur avec des camions".

Inter-Béton devait mieux s'intégrer dans le tissu urbain

Mais cette situation idéale a un prix: celui de l'adaptation à la ville qui change. "Leur emplacement est stratégique, explique Philippe Matthis, directeur général au Port de Bruxelles. Mais comme elle est située au cœur de la ville, nous leur demandons de mieux s'intégrer dans l'espace existant qui bouge. Ils doivent investir, s'intégrer, faire plus de mixité".

En clair, Inter-béton peut rester dans cette place aussi centrale, mais en contrepartie, doit s'intégrer dans un paysage qui compte aussi désormais des quartiers de logements. C'est tout l'esprit du plan Canal de la région de Bruxelles-capitale, cette vision à moyen et long terme du réaménagement de la zone autour du canal, que connaît bien le bouwmeester -le maître architecte- pour la Région bruxelloise, Kristiaan Borret: "L'industrie doit faire un effort afin d'améliorer sa présence architecturale, son fonctionnement. Et permettre une cohabitation réelle avec le logement". A côté des préoccupations esthétiques, il a fallu, pour Inter-béton, réduire le bruit, limiter l'échappement de poussières et permettre davantage de contacts avec les Bruxellois.

Un concours d'architecture et un futur site plus aéré

Cette adaptation, ce passage obligé par le réaménagement, n'a pas effrayé la société. Thierry De Bonnet: "La zone a complètement changé, il est normal qu'on fasse un effort pour les Bruxellois. On doit investir". Investir un million d'euros. Et surtout beaucoup d'énergie. Parce qu'Inter-béton, l'a fait avec manière: deux ans de concours d'architecture, de comités d'avis, de discussions et de consultations. Et au final, un projet délicat (comme, il faut bien le dire, on n'en attend généralement pas pour l'industrie plutôt lourde): un site ouvert sur le quartier, et nettement plus allégé. Le projet a été présenté mercredi aux voisins.

Des travaux prévus au printemps 2018

"On a dû être pragmatique et commencer par répondre aux problèmes du bruit et de la poussière, ainsi qu'au problème de mobilité sur le site, explique l'architecte Nicolas Coeckelberghs du bureau BC architects and Studies. C'est difficile pour un architecte qui a envie de poser un beau geste". Le projet doit maintenant obtenir un permis pour pouvoir être réalisé. Le chantier pourrait commencer en mai 2018.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK