Buizingen : trois ans après l'accident, une rescapée de Frameries veut tirer les leçons du drame

C'était il y a trois ans...
C'était il y a trois ans... - © Belga - Virginie Lefour

Cela fait trois ans aujourd’hui que deux trains entraient en collision à hauteur de Buizingen, le bilan est lourd 19 morts et 160 blessés. Anita Mahy, 54 ans, habite Frameries. Elle travaille à Bruxelles et se trouvait dans le train ce matin-là sur la ligne 96. Une ligne qu’elle est obligée de continuer à emprunter tous les matins.

"Je ne me sens pas en sécurité, je me mets d’ailleurs toujours à contresens parce que c’est comme ça que j’étais dans le train le 15 février et c’est ça qui m’a sauvé mais euh bon je ne suis pas sécurisée du tout, quand il y a la moindre secousse dans le train je me tiens à la tablette, je panique, je deviens toute blanche mais je me force à prendre le train…".

Très vite après l’accident, Anita Mahy s’est mobilisée pour plus de sécurité sur le rail belge : pétitions, passage dans les médias et, depuis deux ans, elle organise une conférence à la date anniversaire de la catastrophe concrétisant par là son besoin de transformer une situation négative vécue en quelque chose de positif.

"Pour moi, dit-elle, c’est une nécessité je sais qu’à mon niveau je ne sais pas faire grand-chose parce que je n’ai pas le droit de parole, je n’ai pas le droit de changer quoi que ce soit mais je sais me faire entendre et je sais faire entendre les navetteurs et les cheminots et par ce biais-là j’essaie de faire un changement.  Je sais promettre à personne que le changement y viendra mais je me battrai jusqu’au bout ".

La conférence organisée par Anita Mahy se tiendra à 19 heures ce vendredi soir sur le campus de l’UMons (auditoire Marie Curie) à l’avenue du Champs de Mars. 

Laura Canducci

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK