Bug du vote électronique: voici ce qui s'est vraiment passé à Schaerbeek

Bug du vote électronique: voici ce qui s'est vraiment passé à Schaerbeek
2 images
Bug du vote électronique: voici ce qui s'est vraiment passé à Schaerbeek - © Tous droits réservés

On le sait, de sérieux problèmes informatiques ont perturbé le dépouillement des votes dans plusieurs cantons de Belgique, et en particulier à Schaerbeek. Au point de remettre en question la fiabilité du vote automatisé. Et d’inciter des candidats non élus à introduire des recours contre le résultat des élections. Des documents entrés en notre possession jettent un éclairage nouveau sur les dysfonctionnements rencontrés dans le bureau électoral principal du canton de Schaerbeek.

Deux documents sont entre nos mains. Le premier est une annexe au procès-verbal du bureau principal du canton de Schaerbeek. Le second est le compte-rendu d’un témoin du FDF lors du dépouillement. Le PV fait état des problèmes survenus lors de la lecture des disquettes au moment de la totalisation des votes. Seules quatre disquettes sur quinze ont pu être lues. Pour les autres, l’intervention de la firme informatique Stesud et du SPF Intérieur ont été nécessaires. Ce qui amène le président du bureau de vote et ses assesseurs à écrire : "le bureau principal a été dans l’impossibilité matérielle d’examiner la régularité des adaptations éventuellement apportées au logiciel (…)". Et le PV se conclut ainsi: "dans ces conditions, on peut aisément comprendre que le bureau principal ne puisse pas en tout état de cause se prononcer sur le bon déroulement des opérations relatives au recensement des votes. (…) il est difficile de soutenir qu’aucun doute ne subsiste dans l’esprit du bureau principal quant à l’exactitude des chiffres recensés".

Un témoin aux premières loges

Frédéric Nimal est échevin FDF à Schaerbeek. Il assistait au dépouillement en tant que témoin de son parti. Il a joint ses commentaires et ses réserves en annexe au procès-verbal du bureau principal. On se rappelle que la firme Stesud a expliqué les difficultés rencontrées lors du dépouillement par une défaillance du logiciel de totalisation.

Lorsqu’un électeur a souhaité revenir sur son vote dans l’isoloir, le second vote n’aurait pas été enregistré, la disquette ne mémorisant que le premier choix. Ce qui a amené le SPF Intérieur à suggérer l’annulation de quelque 1500 suffrages.

Frédéric Nimal raconte tout autre chose. Il évoque "un problème généralisé et important" lors de l’analyse de certaines disquettes, affichant la mention "erroné". Problème lié à des discordances importantes entre les voix attribuées à des listes et les votes de préférence des candidats sur lesdite listes. Selon les explications reçues de la firme Stesud, poursuit le témoin, "on a désactivé la fonction" voix de préférence "(…) afin d’obtenir ainsi les votes par parti uniquement. Ainsi, plus aucun problème ne s’affichait à l’analyse des disquettes". "On ne sait pas sur quelle base le ministère et la firme informatique ont abouti à la conclusion que les votes de listes étaient exacts et que le souci se trouvait dans la comptabilisation des votes de préférence", précise Frédéric Nimal.

Le témoin du FDF mentionne aussi un "travail à distance" effectué pour rendre lisible la disquette du bureau de vote n°12, ainsi que d’autres prestations à distance réalisées pour résoudre divers soucis. Il relève enfin que "durant toute la journée de lundi, des personnes extérieures tierces du ministère de l’Intérieur ou de la firme informatique sont venues chercher les disquettes et urnes (ou parties d’entre elles). Les experts ont manifestement travaillé sur les disquettes ainsi que sur le système de comptage et ce, sans aucun contrôle du juge de paix, du bureau électoral et des témoins".

On ne s’étonnera donc pas que le témoin ait exprimé les plus nettes réserves quant à la validité des opérations de dépouillement. Son témoignage devrait servir d’épine dorsale à l’action en justice introduite par plusieurs candidats non élus qui contestent les résultats du scrutin régional du 25 mai.

P. Carlot et M. Baele

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir