Bruxellois de l'année 2017: ils sont encore 15 dans la course, à vous de les départager

Bruxellois de l'année 2017: ils sont encore 15 dans la course, à vous de les départager
Bruxellois de l'année 2017: ils sont encore 15 dans la course, à vous de les départager - © Tous droits réservés

Quelles sont les personnalités qui ont brillé à Bruxelles en 2017 ?

Le(s) Bruxellois(es) de l’année 2017, c’est vous qui les désignez. Les rédactions de Viva Bruxelles (RTBF), du Soir, du Vlan et de BX1 ont retenu dans un premier temps 25 lauréats potentiels. Après deux périodes de vote, il reste trois candidats dans chacune des cinq catégories. A vous de jouer pour la suite...

POLITIQUE

  • Olivier Maingain - Dans la crise de cet été qui a opposé le PS et le CDH, Olivier Maingain a survolé les débats en jouant aux arbitres avec Ecolo, avec qui il est parvenu à négocier un ambitieux accord de bonne gouvernance. Faiseur de pluie et de beau temps, le président de DéFI s’est posé comme interlocuteur incontournable à Bruxelles, tout en travaillant à la stabilité d’un gouvernement régional que beaucoup s’attendaient à voir tomber.
  • Alain Maron - Député hyperactif au sein de l’assemblée bruxelloise, l’Ecolo Alain Maron est sorti de l’ombre en levant le voile sur l’affaire du Samusocial grâce à ses questions parlementaires sans concession. Homme de dossier – très en vue sur les questions liées au logement et à l’aménagement du territoire – et orateur de talent, il est considéré comme l’une des figures montantes au sein de la famille écologiste.
  • Philippe Close - Suite à la débâcle du Samusocial et à la chute d’Yvan Mayeur, le nouveau bourgmestre de Bruxelles a su faire valoir son profil plus rond. Fin communicant, il a su incarner le changement en proposant rapidement des nouvelles mesures de gouvernance. Mis sous pression dans les dossiers des émeutes, de l’Eurostadium ou du Cirque royal, il est jusqu’à présent parvenu à encaisser les coups.

Eliminés aux deux premiers tours de scrutin

Boris Dilliès - Après avoir proclamé son amour pour Bruxelles dans un livre-programme en début d’année, le député aux dents longues s’est imposé face à son concurrent Marc Cools pour le poste de bourgmestre d’Uccle, à la place d’un Armand De Decker mis de côté suite au " Kazakhgate ". Figure de la nouvelle génération et de la modernité chez les libéraux bruxellois, il entend bien rester à sa place en 2018.

Céline Fremault - La ministre de l’Environnement a gagné des points en bataillant avec le fédéral sur le survol de Bruxelles, dossier pour lequel la justice lui a donné raison. Elle a également concrétisé la mise en place d’une zone de basse émission dans une capitale où les problèmes de qualité de l’air n’ont jamais été autant soulignés. Seule CDH au sein du gouvernement, elle est restée fidèle à l’équipe Vervoort.

ECONOMIE

  • Ahooga - Il n’y a pas que Brompton dans la vie. La société Ahooga, lancée par Frédéric Mertens et Philippe Lefrancq, développe des vélos à la fois pliables, électriques, mais surtout ultra-design. Basée à Uccle, elle a été récompensée en novembre dernier par un German Design Award, soit l’un des prix les plus respectés au monde dans le domaine. Avec plus de mille ventes en 2017 – contre 450 en 2016 –, la marque connaît de belles perspectives de croissance.
  • Marc Coucke - Avec le rachat de 70 % du capital du RSCA, le milliardaire flamand est parvenu à dribbler ses concurrents sur un terrain où on ne l’attendait pas forcément. Omniprésent dans le paysage entrepreneurial belge, d’Omega Pharma à Pairi Daiza en passant par Durbuy, ce fan de foot en a surpris plus d’un en mettant la main sur l’un des symboles de la capitale et – selon lui – de la Belgique. Une entrée en matière fracassante à Bruxelles.
  • MolenGeek - Devenu en peu de temps incontournable dans le paysage de l’économie numérique bruxelloise, l’école de codage – mais aussi incubateur de start-up – fondée en bordure de canal par Ibrahim Ouassari et Julie Foulon a connu une année faste. Saluée à l’ONU en septembre et à Séoul en novembre dans le cadre du Global Citizenship Award de Samsung, MolenGeek est un modèle à suivre pour de nombreux jeunes entrepreneurs.

Eliminés aux deux premiers tours de scrutin

Abattoirs d’Anderlecht - Qui a dit qu’un abattoir ne pouvait pas être à la fois innovant et attrayant ? Pas les Abattoirs d’Anderlecht en tout cas ! En dévoilant ses projets de logements intégrés, de nouvel abattoir, de halle gourmande et de ferme urbaine, l’institution bruxelloise au coeur du quartier Cureghem entend faire sa mue et se positionner comme un espace de vie moderne et ouvert, capable de se réinventer au profit de son environnement.

Brussels’ Kitchen - Chloé Roose,ex-cofondatrice de Take Eat Easy, et Sarah Cisinski savent ce qui est bon pour vos papilles gustatives et en font profiter les lecteurs de leur blog culinaire Brussels’Kitchen depuis 2012. Depuis septembre 2017, leur bible des bonnes adresses culinaires à Bruxelles se décline également en livre, offrant une belle visibilité aux petits et grands restaurateurs de talents dont regorge la capitale.

SOCIETE

  • Les guinguettes des parcs - 2017 a marqué le retour massif des troquets nichés dans les poumons verts bruxellois. Que ce soit au parc de Forest, au parc Royal, au parc Elisabeth ou au bois de la Cambre, ces kiosques proposent boissons et snacks en plein air. La Région a soutenu la tendance avec la guinguette Emile en 2016 au parc Duden, et quatre autres encore, vu le succès, qui ont ouvert l’été dernier.
  • Le personnel du Samusocial - Ce sont des victimes collatérales de l’affaire du Samusocial. Des citoyens engagés dont on imagine la colère en découvrant – souvent par voie de presse – la gestion de leur ASBL. Pourtant les 300 travailleurs de l’ASBL ont tenu bon. Chaque soir ils ont poursuivi les maraudes, nourri les SDF, soigné les blessures, écouté et consolé. Et si c’étaient eux, les vrais champions de la bonne gouvernance ?
  • La Plateforme citoyenne - Grâce à son fondateur Mehdi Kassou, à Adriana et à toute l’équipe de bénévoles, des milliers de citoyens se sont mobilisés au nom des droits des migrants. 23.000 personnes constituent aujourd’hui la Plateforme citoyenne d’aide aux réfugiés. Chaque soir, 400 migrants trouvent refuge chez l’une d’entre elles, sans compter ceux qui sont accueillis à " La Porte d’Ulysse ".

Eliminés aux deux premiers tours de scrutin

"Les victimes se montrent" - Bien avant le phénomène #metoo et #balancetonporc, Lucile Bazantay, Selma Bouillard, Chloé De Meulenaer et Chloé Terwagnes ont décidé de combattre la culture du viol et de libérer la parole des victimes de violences sexuelles, dont elles font partie. Elles ont organisé à l’ULB et à la VUB plusieurs conférences et une exposition de photos pour montrer la force et le courage des victimes de viol.

L’École Plurielle Pédagogie - En septembre, deux écoles secondaires à pédagogie active ont ouvert leurs portes dans le Nord Ouest de Bruxelles, là où ce type d’enseignement n’existait pas encore. A leur tête, Julie Moens, enseignante dans une école à discrimination positive de la Ville de Bruxelles. En quelques mois, avec le soutien de deux communes et de l’ULB, deux immeubles de bureaux sont devenus " L’Ecole Plurielle ".

CULTURE

  • Angèle - Parmi les révélations musicales de 2017, Angèle, la vingtaine à peine entamée. Avec Laurence Bibot et Marka comme parents, et Roméo Elvis comme grand frère, la jeune Bruxelloise était prédestinée à la scène. Débarquée l’année dernière avec son tout premier single La Loi de Murphy, elle a fait l’unanimité tant du côté du public que des professionnels. Les fans attendent avec impatience son premier album.
  • Guillermo Guiz - Que ce soit sur scène avec le spectacle désopilant Guillermo Guiz a un bon fond, à la télévision avec les capsules pince-sans-rire " Roi de la Vanne " ou en radio avec ses chroniques décalées, le ketje de la capitale était partout en 2017. Après avoir séduit toute la Belgique, l’Anderlechtois de 35 ans s’est frotté au public français en proposant son one-man-show au célèbre Point-Virgule, à Paris.
  • Théâtre royal de la Monnaie - Après deux ans de rénovation et deux saisons extramuros, le Théâtre royal de la Monnaie a rouvert ses portes au public en septembre dernier. Grâce à ce vaste chantier de restauration, la célèbre institution culturelle du centre-ville retrouve son lustre d’antan tout en entrant de plain-pied dans la modernité. Ainsi, le confort des spectateurs tout comme celui des acteurs ont été considérablement améliorés.

Eliminés aux deux premiers tours de scrutin

Damso - En 2017, Damso s’est positionné non sans panache comme l’une des valeurs les plus sûres du rap francophone belge. Le Bruxellois a facilement rempli Forest National en octobre dernier grâce au triomphe critique et public de son deuxième album Ipséité. L’artiste a également été choisi par l’Union belge de football pour composer l’hymne officiel des Diables rouges en vue de la Coupe du monde en Russie.

"Islam, c’est aussi notre histoire" - Succès de foule pour l’exposition "Islam, c’est aussi notre histoire" ! Repoussée plusieurs fois à cause des attentats de Paris en 2015, puis ceux de Bruxelles en 2016, l’expo s’est finalement tenue durant quatre mois à l’Espace Vanderborght. Près de 60.000 visiteurs ont fait le déplacement pour découvrir l’héritage des civilisations ottomane et arabe sur le sol européen.

SPORTS

  • Amal Amjahid - À 22 ans à peine, Amal Amjahid s’est définitivement imposée comme la meilleure pratiquante de ju-jitsu au monde, sport qu’elle a pourtant commencé par hasard à la Cens Academy à Molenbeek. 2017 est l’année des honneurs les plus prestigieux avec quatre médailles d’or : deux aux Jeux mondiaux (en – 55 kg, et en toutes catégories) et deux aux championnats du monde (en – 70 kg et par équipe).
  • Toma Nikiforov - Pour le judoka Toma Nikiforov (- 100 kg, sociétaire du Crossing Schaerbeek), l’année 2017 aura été celle de la revanche, après sa déception au tournoi olympique de Rio. Avec un titre de vice-champion du monde " toutes catégories ", battu en finale par le " monstre sacré " du judo mondial, le Français Teddy Riner, un premier titre de Champion de Belgique et une victoire au tournoi de Düsseldorf.
  • RWDM - En deux ans, le RWDM a réussi à faire revivre le football à Molenbeek, et à faire revenir régulièrement plusieurs milliers de supporters au Stade Machtens. C’est avant tout le résultat du travail acharné de Thierry Dailly, nostalgique du RWDM historique, champion de Belgique en 1975. L’année 2017 a été particulièrement riche : champion de Division 3 en avril et leader actuel de Division 2 amateur.

Eliminé au premier tour de scrutin

Anneessens 25 - Le club "Anneessens 25", vainqueur de la Coupe de Belgique, est "plus" qu’un simple club de futsal. Dans un quartier souvent pointé du doigt, il joue un rôle social très important. Créé en 1980, il a pris en 2005 un nouvel élan sous l’impulsion de quatre frères et de copains d’enfance. Et, fait assez rare, les succès sportifs n’ont en rien modifié le travail effectué au quotidien dans la rue.

Les Vanden Stock - La famille Vanden Stock restera à jamais indissociable du Sporting Club d’Anderlecht. Tout d’abord au travers de Constant Vanden Stock, président dès 1971. Puis au travers de son fils, Roger, qui reprit le flambeau en 1996 et poursuivit "l’oeuvre familiale" jusque fin 2017. Même si les filles de Roger, Claire et Julie, resteront administratrices, 2017 marque donc la fin d’une ère au Sporting.

A vous de les départager et de désigner les Bruxelloises et les Bruxellois qui se sont montrés particulièrement brillants en 2017 en participant à notre sondage : votez pour le Bruxellois de l'année.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK