Bruxelles-ville: le projet "Centre 58" a du plomb dans l'aile

L’actuel Parking 58, derrière la Place De Brouckère.
L’actuel Parking 58, derrière la Place De Brouckère. - © Google Maps

L'idée est d'installer, derrière la Place de Brouckère en lieu et place de l'actuel Parking 58, un complexe de logements, de bureaux en y ajoutant un nouveau parking en sous-sol. Un parking plus grand que l'actuel : 847 places pour 600 actuellement. Et c'est ce qui pose problème.

Dans un premier temps, Bruxelles-Environnement avait octroyé un permis d'environnement à la société Interparking. Mais un comité de quartier a introduit un recours. Le Collège d'environnement régional chargé de trancher a donné raison aux riverains.

"La Région a trouvé pertinent d’augmenter la capacité de ce parking", explique Bernard Widart se réjouit de ce revirement. Il est membre du "comité bru 1000". Pour lui, un parking plus grand, c'est un appel d'air. "Ce nouveau parking va se trouver entre des nouveaux centres qui se redéveloppent (Sainte-Catherine, Béguinage et Saint-Géry) et le piétonnier qui va avoir sa dynamique commerciale. On craint que cela crée des nuisances importantes dans nos quartiers."

Si le collège d'environnement a donné raison aux riverains et non à Interparking, c'est principalement pour cette raison.

La société privée n'a pas voulu ou n'a pas été en mesure de fournir des chiffres prouvant la nécessité de nouvelles places de parking en centre-ville.

Pour la plateforme Pentagone, qui s'oppose à la construction de quatre autres nouveaux parkings dans le cadre du piétonnier, l'évolution dans le dossier Parking 58 est un très bon signe. "C’est en tous cas un message reçu 5/5 et qui va dans notre sens, déclare Isabelle Marchal (porte-parole de la plateforme). Nous n’avons cessé de demander des chiffres pour objectiver le débat avant de se lancer tête baissée dans la construction de parkings, et de se rendre compte ensuite qu’ils n’étaient pas nécessaires."

Et la plateforme Pentagone de réclamer à nouveau que la ville de Bruxelles lance une étude d'incidences.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK