Bruxelles va vendre plus de 3500 m3 de bois FSC coupés en forêt de Soignes

2833 mètres cubes de hêtre et d’érable, 618 mètres cubes de chêne, de frêne et de châtaignier, 360 mètres cubes de bouleau et de merisier et, enfin, 22 mètres de résineux comme des mélèzes et des pins. Au total : plus de 3500 mètres cubés coupés en forêt de Soignes. Voici ce que la SPF Finances va proposer à la vente via son Fin shop.

Cette vente de coupe de bois, pour le compte de Bruxelles Environnement, l’organisme régional qui gère la forêt dans sa partie bruxelloise, se décompose en huit lots. Les personnes intéressées doivent adresser leurs offres pour le 22 juin au plus tard.

Mais qui peut bien acquérir ce bois ? Des entreprises spécialisées dans l'exploitation forestière pour des fabricants de meubles en bois, de portes, d'escaliers, de panneaux multiplex... qui vont se tourner vers le bois dit "d'oeuvre." But pour ces derniers : bénéficier du label FSC. Bruxelles Environnement a fait certifier la forêt en 2003 selon les critères de gestion durable FSC ou "Forest Stewardship Council".

Le label durable

Qu’est-ce que cela veut dire ? "Le FSC est une ONG internationale qui milite pour une gestion durable des forêts au niveau mondial, tenant compte des aspects tant écologiques, économiques que sociaux", rappelle le SPF Finances. Le label FSC garantit ainsi la mise en vente de produits en bois provenant de forêts gérées de manière durable.

Ensuite, il y a la bois de chauffage acheté par des entreprises également spécialisées. "Cela peut être aussi, pour les petits lots, des particuliers qui achètent ce bois", nous explique Stéphane Vanwijnsberghe, ingénieur directeur du service forestier de Bruxelles Environnement.

On l’a dit : huit lots seront proposés à la vente et pourront être visités par les sociétés intéressées. Les coupes peuvent être de différentes dimensions allant de 70 centimètres de circonférence à plus de 450.

Des abattages dans le cadre du plan de gestion de la forêt

Les lots proviennent de différents endroits de la forêt de Soignes comme le Rouge-Cloître, Boondael, Petite Espinette ou encore à hauteur du carrefour Leonard. "Ces abattages se font dans le cadre du plan de gestion de la forêt, plan approuvé en juin 2019" par la Région bruxelloise.

"Ces abattages", poursuit Stéphane Vanwijnsberghe, "doit permettre d'atteindre les objectifs du plan, en terme de développement de la nature, de régénération de vieux peuplements ou également en terme de sécurisation des chemins" afin de permettre au public de circuler en toute sécurité.

Les arbres qui gênent le développement de ceux qui doivent être maintenus

Comment Bruxelles Environnement opère un choix entre les différents arbres à abattre? Celui-ci est réalisé par les gardes forestiers. "Ils sont spécialement formés pour cela. Ils circulent et définissent les zones dans lesquels on passe sur base d'un programme de coupe, tous les huit ans. ON revient donc tous les huit ans au même endroit. Et on choisit principalement les arbres qui gênent le développement des arbres qui doivent être maintenus. Ces arbres appelés 'd'éclaircie" sont retirés pour donner plus d'espaces aux arbres qui sont maintenus."

Cette vente de bois n'est pas la première. En 2020, les ventes réalisées au Fin Shop de Bruxelles avaient totalisé des recettes de 170.830 euros. "Ces ventes sont majoritairement reversées aux Régions mais une partie de ces recettes sont pour l'Etat fédéral (vente pour la Défense, la Donation royale)", précise Florence Angelici, porte-parole du SPF Finances, dont dépend le Fin Shop.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK