Bruxelles : une école pour devenir planificateur de mariage

Une école pour devenir planificateur de mariage.
Une école pour devenir planificateur de mariage. - © International Wedding Institute

En ce moment, et pendant deux semaines, sept femmes payent plus de deux mille euros pour se former au métier de "wedding planner", planificateur de mariage en français. Le métier consiste à prendre toute l’organisation de la fête en charge : de la salle au champagne, en passant par le bouquet de la mariée. La profession est en vogue. Un organisme français propose toute l’année de courtes formations intensives un peu partout dans le monde francophone. Ces cours font donc actuellement étape actuellement à Etterbeek, à deux pas de Mérode.

Ce matin-là, exercice pratique. Les participants - toutes des femmes - sont invités à établir un budget poste par poste. Lieu, décoration, animation : l'idée est de pouvoir présenter des chiffres les plus précis possibles aux futurs mariés. Tout est donc minutieusement décortiqué.

Budget, protocole, droit, gestion : les cours sont aussi variés que le métier, c’est d’ailleurs ce qui a séduit Christie, qui suit la formation. "Le côté polyvalent, communicatif, organisationnel, beaucoup de gestion. On se rend compte que ce n’est pas un métier qui s’improvise. C’est une prestation de confort. Et pour pouvoir apporter ce confort et rassurer les gens, il faut véritablement prouver qu’on est des professionnels et que l’on sait de quoi en parle." affirme la jeune femme.

Un certain public

Mais faire organiser son mariage de A à Z, cela a un cout qui élimine bien des candidats. Comptez 3000 à 4000 euros, rien que pour les honoraires d'un wedding planner. Le couple moyen qui a recours à ce service a le profil suivant : 30 à 40 ans, aisé, et ayant déjà des enfants.

Voilà qui qui explique sans doute aussi son intérêt de se tourner vers un planificateur de mariage. "Ces gens préfèrent s’occuper de leurs enfants plutôt que de passer leurs week-ends à courir les salles de réception et les traiteurs, analyse Chloé Lechat-Thomas, la formatrice. Pour eux, c’est un réel confort, ça leur permet de gagner du temps."

En pleine expansion, le marché belge des planificateurs de mariage compte à ce jour une centaine de personnes.

Marie Vancutsem et Jérôme Durant

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK