Bruxelles: une députée Ecolo veut combattre le "manspreading" dans le métro

Campagne de la RATP contre le manspreading
Campagne de la RATP contre le manspreading - © droits réservés

Le terme vient de l’anglais : "man" (qui signifie "homme") et "spreading" (du verbe "to spread", autrement dit "s'étendre"). Il s'agit en fait d'une attitude adoptée par certains des usagers masculins du métro. Une attitude qu'une députée bruxelloise Écolo, qui en a été victime, souhaite dénoncer et combattre.

Vous aussi avez peut-être été déjà confronté(e) à ces passagers des transports publics, affalés sur leur siège, les jambes écartées empiétant largement sur le siège voisin.

Cliente régulière de la Stib, la députée Céline Delforge connaît bien le phénomène du "manspreading" et voudrait voir la STIB s'y intéresser également. "La Stib se focalise beaucoup sur le fait qu’il faut pointer sa carte Mobib, beaucoup moins sur le rappel des règles de savoir-vivre. Mais ce n’est pas parce que les plaintes ne remontent pas que le phénomène n’existe pas."

A la Stib, cette attitude typiquement masculine ne figure pas dans le peloton de tête des incivilités dénoncées par la clientèle. La société de transport public ne compte pas cibler ce comportement de manière spécifique. "Chaque année, on lance des campagnes de respect pour favoriser les comportements courtois, de sorte que tout le monde puisse voyager dans les meilleures conditions. D’ailleurs, en 2017, la campagne respect sera particulièrement ciblée sur les phénomènes d’incivilité", précise Françoise Ledune, porte-parole de la Stib.

A New-York pourtant, ajoute Céline Delforge, les responsables du métro sensibilisent les usagers au moyen de pictogrammes. C'est une question de respect.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK