Bruxelles : une banane lancée par un pompier sur un patient d'origine africaine dans un hôpital bruxellois

Un nouveau fait de racisme rapporté à la direction du SIAMU.
Un nouveau fait de racisme rapporté à la direction du SIAMU. - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Le dossier est entre les mains de la direction du SIAMU qui le juge suffisamment grave. Il porte sur un acte à caractère raciste survenu récemment, impliquant un membre de son personnel. Le mois dernier, un pompier de Bruxelles aurait lancé une banane sur une personne d’origine africaine. Les faits, qui ont été rapportés à la RTBF, se sont déroulés sur le site du CHU Saint-Pierre, dans le centre de la capitale, où se trouve un SMUR (Service mobile d’urgence et de réanimation) du SIAMU.

Les circonstances de cet acte, qui porte un nouveau coup dur à l’image des pompiers de Bruxelles, après de précédents faits, sont confuses. Selon nos informations, tout part d’une altercation entre les pompiers présents dans les locaux et un groupe de trois personnes, un patient et des proches. En raison des contraintes à l’accueil liées à l’épidémie de coronavirus, seul le patient est autorisé à entrer. Les accompagnants ne l’entendent pas de cette oreille. Le ton monte, les pompiers qui assistent à la scène interviennent. La tension va finir par retomber. Mais lorsqu’un des pompiers-ambulanciers retourne dans son local, il aurait ouvert la fenêtre et lancé une banane sur une des personnes.

Une enquête disciplinaire sera lancée

"C’est le personnel du CHU Saint-Pierre qui a contacté la direction du SIAMU pour faire état de cet incident", confirme à la RTBF Walter Derieuw, porte-parole du SIAMU. "Une enquête interne est en cours pour déterminer qui travaillait ce jour-là et qui est l’auteur de cet acte. Si la personne concernée est identifiée et que les faits sont avérés, une enquête disciplinaire sera lancée. Celle-ci peut aller loin", à savoir la démission d’office du collaborateur. "Des gestes comme ceux-là ne représentent absolument pas les valeurs du SIAMU. Les pompiers de Bruxelles sont le reflet de la société, de toutes les origines et nous regrettons ce type d’actes".

La RTBF a contacté le CHU Saint-Pierre. Pour sa porte-parole, "aucune trace en interne de cet incident". Ce qui laisse supposer qu’un membre du personnel hospitalier a décidé de lui-même de contacter la direction du SIAMU.

Il faut rappeler que les équipes du SIAMU basées à Saint-Pierre ont fait l’objet d’une agression, le 22 mai dernier. Selon La DH, l’agression s’est produite dans le local de garde occupé par trois secouristes. Un homme armé d’un extincteur a pénétré dans le local avant d’agresser les pompiers à l’aide d’un balai. Dans la foulée, Eric Labourdette, président du SLFP Pompiers, avait décidé d’introduire un préavis de grève, pour dénoncer les trop nombreuses agressions commises sur les hommes du feu dans les rues de la capitale.

Ce mardi, c’est pourtant Eric Labourdette lui-même, figure syndicale du SIAMU, qui a fait l’objet d’une plainte du député Ecolo Hicham Talhi (Le Soir du 2 juin) auprès de la hiérarchie du SLFP pour propos à caractère raciste sur les réseaux sociaux. Sur sa page Facebook, Eric Labourdette écrivait après la violente agression sur des policiers à Anderlecht il y a quelques jours : "Curieux d’entendre la réaction des parlementaires BONOBOS !! Ah non, jamais dans ce sens-là, ça n’attire pas de voix !!" La deuxième fois après des propos similaires en janvier dernier.

Le CHU a immédiatement déclenché une enquête

Ce jeudi, les instances du CHU Saint-Pierre ont cette fois réagi officiellement à notre information. Elles précisent que le fait s’est déroulé le 17 mai dernier. "Le CHU a immédiatement déclenché une enquête afin de rassembler tous les éléments de preuve relatifs à cet événement. Ceux-ci ont été immédiatement transmis au SIAMU, seul organe habilité à mener une enquête et à prendre d’éventuelles sanctions à l’égard de son personnel pompier", indique un communiqué de presse." Mohamed Ouriaghli (PS), président du Conseil d’Administration du CHU Saint-Pierre, déclare pour sa part : "Je reste pleinement mobilisé avec l’ensemble du CHU Saint-Pierre pour apporter notre aide à la victime et à l’enquête."

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK