Bruxelles: un refuge pour jeunes LGBT chassés du domicile familial ouvrira en juillet

Le refuge ouvrira ses portes en juillet prochain.
3 images
Le refuge ouvrira ses portes en juillet prochain. - © JACQUES COLLET - BELGA

En juillet prochain, un refuge pour personnes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres) ouvrira ses portes à Bruxelles. C'est une première en Belgique, a appris la RTBF. Le refuge s'adresse aux 18-25 ans expulsés du domicile familial par leurs parents, en raison de leur orientation sexuelle. Le projet, porté et coordonné par l'ASBL Midnimo, a reçu le soutien de la Ville de Bruxelles ainsi que de plusieurs CPAS bruxellois.

Des refuges pour jeunes LGBT, il en existe dans d'autres pays d'Europe et ailleurs dans le monde. En France, l'association Le Refuge est une structure connue et reconnue, avec des lieux d'accueil à Paris, Lille, Montpellier... Mais à Bruxelles, quand un(e) jeune est chassé(e) de chez lui (elle), après avoir annoncé son homosexualité par exemple, c'était un peu la débrouille pour trouver un logement. Auprès d'autres membres de la famille, d'amis mais certains viennent également à dormir à la rue. "Très concrètement, ce refuge consistera en un hébergement temporaire et un accompagnement", explique Dimitri Verdonck de l'ASBL Midnimo, qui existe depuis une année. "Des personnes pourront d'adresser à nous. Selon une série de critères, ils pourront bénéficier d'un logement. L'accompagnement vise à soutenir le jeune dans sa réinsertion: recherche d'un emploi, d'un logement durable, soutien psychologique, soutien juridique quand cela est nécessaire, activités culturelles."

Un appartement pour quatre jeunes dans un lieu sécurisé

Midnimo souhaite aider, responsabiliser, autonomiser sur base d'un contrat signé avec le jeune. Mais la priorité, c'est de lui offrir un toit. Un appartement, situé à une adresse tenue secrète pour des raisons de sécurité, sera aménagé et entièrement équipé. Il compte deux chambres et peut accueillir quatre jeunes. Fin 2018, l'objectif est de passer à 10 jeunes dans deux appartements. Pour ce projet, Midnimo s'est inspiré du modèle parisien. "Là, le refuge compte 20 places d'accueil pour environ 200 jeunes aidés par an." Le public cible, on l'a dit, ce sont des jeunes de 18 à 25 ans. "Avant 18 ans, il existe déjà des structures en Fédération Wallonie-Bruxelles. 25 ans est une limite qu'on se fixe. Nous nous adressons prioritairement à des jeunes exclus du domicile et qui se retrouvent à la rue."

Répondre à un besoin à Bruxelles

Le refuge sera mis en place pour répondre à une problématique connue. "En 2011-2012, nous avons mené une étude pour déterminer les besoins en la matière sur Bruxelles. Nous nous sommes alors rendus compte qu'il n'y avait aucune structure répondant à ce besoin. La Maison Arc-en-ciel, qui regroupe les associations LGBT bruxelloises, indique que chaque semaine, elle est sollicitée par des jeunes qui vivent une situation d'exclusion du domicile familiale et qui se retrouvent à la rue. Des jeunes atterrissent donc au Samusocial. En parallèle, on constate qu'il y a un réseau d'entraide mais strictement privé, avec tout ce que cela comporte d'intéressant mais aussi un manque de professionnalisme. D'où ce projet de refuge beaucoup plus travaillé."

Le jeune ne restera pas éternellement dans le logement. "Tout d'abord, il faut savoir qu'il est également possible que le jeune n'ait pas être accueilli dans le refuge. Parce que nous allons aussi mener une médiation pour solutionner le conflit. Parfois, d'autres solutions peuvent intervenir. Reste que notre refuge travaille avec quatre ou cinq CPAS bruxellois avec lesquels il a conclu un partenariat. Dès qu'un jeune sera pris en charge par le refuge, il sera automatiquement pris en charge par un de ces CPAS. Un travail social s'enclenchera immédiatement. On estime qu'après quatre ou cinq mois, un jeune devrait être en mesure d'avoir accès à un logement. L'hébergement se fera sur une période courte mais l'accompagnement social lui peut durer plus longtemps."

Présence avant et pendant la Pride

Pour faire connaître l'existence du refuge, Midnimo prévoit une vaste communication. "Un site Internet, refugebruxelles.be, a été lancé et nous serons également présents au travers des réseaux sociaux", expliquent Pierre Gilliot et Juliette Meignant de Midnimo. "Par ailleurs, lors de la Pride du samedi 19 mai, l'ASBL sera présente avec ses banderoles, ses drapeaux et ses bénévoles. Un numéro de téléphone unique sera bientôt activé et un local d'information sera ouvert dans le quartier LBGT du centre de Bruxelles." Enfin, la veille de la Pride du 19 mai, "une conférence publique sera organisée à l'hôtel de ville de Bruxelles pour le lancement officiel du projet de refuge. Il y aura des prises de parole avec plusieurs acteurs institutionnels et associatifs. Le directeur du refuge français sera présent ainsi que le rapporteur spécial de l'ONU sur les questions LGBT."

En France, plusieurs personnalités apportent leur caution au refuge comme la chanteuse Jenifer ou la comédienne Muriel Robin. A Bruxelles, l'idée est également de faire appel à des personnalités publiques dans le cadre de différentes campagnes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK