Bruxelles: un bâtiment de la FGTB occupé par des militants de la FGTB

Les militants de la FGTB qui occupent le bâtiment ont créé un collectif pour l'occasion
Les militants de la FGTB qui occupent le bâtiment ont créé un collectif pour l'occasion - © Belga

Un bâtiment de la FGTB occupé depuis la semaine dernière par des militants de la FGTB qui ont créé un collectif pour l'occasion. La scène est cocasse. Elle se déroule en plein centre de Bruxelles, rue Watteeu, à quelques mètres du Sablon.

C'est un grand bâtiment de bureaux vides. Depuis mercredi, il est occupé par une dizaine de militants qui y ont élu domicile. Un geste qu'ils veulent politique, histoire de dénoncer le grand nombre d'immeubles inoccupés à Bruxelles, mais aussi la situation des travailleurs sans-papiers.

Pour Peter Terryn, membre du collectif, le choix d'un bâtiment de la FGTB ne s'est pas fait par hasard. "La plupart d’entre nous sont des membres de la FGTB, assure-t-il. Mais on aimerait voir que la FGTB s’implique plus dans cette lutte des sans-papiers et des problèmes du logement."

Une sorte de débordement par la base que les instances du syndicat n'apprécient pas beaucoup. Ils ont saisi la justice. Résultat: les occupants avaient jusqu'à lundi pour évacuer le bâtiment.

Ce mardi matin, ils y étaient encore, mais sans doute plus pour longtemps. Philippe Van Muylder, secrétaire général de la FGTB bruxelloise, explique: "Il n’a jamais été question d’expulsion de ces personnes avant qu’elles n’aient eu la possibilité de s’adresser à la presse et de faire un bon lobbying de leurs idées, qui sont excellentes. Mais c’est un bâtiment qui n’est pas inoccupé. C’est un bâtiment où les travaux sont programmés et qui devraient notamment commencer fin de cette semaine. Donc, il y a un moment donné où on va demander aux occupants de bien vouloir nous laisser faire ces travaux."

Une rencontre entre la direction du syndicat et les membres du collectif était prévue ce mardi.

Olivier Hanrion – Delphine Wilputte

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK