Bruxelles: un arrêté pour sauver la tête de Christian Lamouline, l'opposition fulmine

Avant de diriger l'administration régionale, Christian Lamouline a fait toute sa carrière dans les cabinets ministériels.
Avant de diriger l'administration régionale, Christian Lamouline a fait toute sa carrière dans les cabinets ministériels. - © Belga

Le gouvernement bruxellois met tout en œuvre pour sauver la tête du chef de l'administration régionale, Christian Lamouline. La nomination de cet ancien chef de cabinet de Benoît Cerexhe est contestée devant le conseil d’État et risque d'être annulée. Un arrêté pris en urgence pourrait lui sauver la mise.

Avant de devenir le directeur général de l'administration régionale, Christian Lamouline a fait toute sa carrière dans les cabinets ministériels. Il ne dispose donc d'aucune ancienneté dans l'administration.

Or, le poste de directeur général du ministère de la Région de Bruxelles-Capitale n'était pas ouvert aux membres de cabinets ministériels. Le conseil d’État pourrait donc annuler prochainement la nomination de Christian Lamouline. A moins que...

A moins que le gouvernement modifie, en urgence, le statut administratif des agents de la Région, explique La Libre Belgique ce mardi. C'est ce qu'a fait, la semaine passée, le conseil des ministres bruxellois en étendant les catégories de personnes autorisées à postuler à une fonction de direction dans l'administration régionale. Ce qui fait hurler le député FDF Didier Gosuin, dans l'opposition.

Pour le chef de groupe FDF au Parlement, la politisation des nominations dans la fonction publique est dangereuse. Elle ruine les espoirs de promotion en interne et entraîne la démotivation. Et cela risque de se poursuivre, fulmine Didier Gosuin.

Les chefs de cabinet de Charles Picqué et d'Evelyne Huytebroeck s'apprêteraient tous deux à diriger des organismes para-régionaux. Si c'est vrai, cela commence à sentir la fin de règne au gouvernement bruxellois.

Philippe Carlot

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK