Bruxelles: que va devenir l'Hippodrome de Boitsfort ?

RTBF
RTBF - © RTBF

Cela fait quinze ans que l'Hippodrome de Boitsfort est en friche. La Région bruxelloise, propriétaire des lieux, avait lancé, en 2006, une appel d'offre pour faire revivre le lieu. Mais on est encore loin de voir les premiers coups de pelle.

Depuis quinze ans, l'Hippodrome de Boitsfort est à l'abandon : les chevaux n'ont plus foulé ses pelouses, les bâtiments classés sont à l'abandon. Sans compter les tribunes qui rouillent, les murs taggés et les toitures percées. La Région bruxelloise, propriétaire des lieux, voudrait y voir un espace récréatif familial aux portes de la Forêt de Soignes. Depuis son appel d'offre en 2006, aucun coup de pelle n'a encore eu lieu. Les dernières propositions en lice viennent d'ailleurs d'être rejetées.

Ils étaient 17 sur la ligne de départ. 17 candidats prêts à répondre à l'appel lancé par la Région bruxelloise pour rénover l'Hippodrome. A l'arrivée, quatre ans plus tard, on n'est guère plus avancé. Un consortium de trois entreprises semblait pourtant tenir la corde pour emporter le paquet. Michel Culot, patron de Vo Communication tenait les rênes du projet et concevait l'Hippodrome nouvelle version comme "une organisation sous forme de jardins qui préserve l'identité de l'Hippodrome, et qui rajoute des activités de loisirs, de découvertes. Grâce aussi à un belvédère des cimes qui permet de monter à 30-35 mètres, pour découvrir un point de vue sur la Forêt de Soignes et sur la ville, à l'horizon de 20-30 kilomètres."

Des offres peu convaincantes

Finalement, au bout d'une très longue procédure, la région a décidé de ne rien décider, lors du dernier conseil des ministres de jeudi dernier. Les partenaires privés ne semblaient pas apporter les garanties suffisantes pour rénover les bâtiments classés de l'Hippodrome et l'exploiter ensuite. "L'analyse des dernières offres qui nous ont été remises au début de cette année montre que les offres s'écartent trop du cahier de charge qui fait l'objet de la procédure, explique Tom Sanders, conseiller du ministre-président bruxellois Charles Picqué sur le dossier de l'Hippodrome de Boitsfort. Et donc, malheureusement, il est impossible pour la Région bruxelloise d'attribuer ce marché compte tenu de cet état de fait."

On repart de zéro

Un nouvel appel d'offre va finalement être lancé mais uniquement sur l'exploitation du nouveau parc. La région se chargera en effet elle-même de rénover les bâtiments existants, avant de les concéder à un partenaire privé, à qui il incombera de se charger de l'exploitation du site. Le coût des travaux est estimé à cinq millions d'euros. Et cette remise à plat de la procédure va par ailleurs entraîner de nouveaux délais. "Nous espérons que d'ici un délai de deux ans et demi nous pourrons aboutir à la concession de l'exploitation", précise Tom Sanders. En attendant, la région souhaite faire vivre le site. Il est question de permettre au Cirque Pauwels - qui doit quitter les lieux qu'il occupe actuellement - de s'installer dans le parking de l'Hippodrome, dès qu'il obtiendra les autorisations nécessaires.

 

O. Hanrion et N. Nahjari

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK