Bruxelles-Propreté: quand des sacs bleus et jaunes ne sont pas triés mais incinérés

Il arrive que tous les déchets arrivent sans distinction à l'incinérateur
Il arrive que tous les déchets arrivent sans distinction à l'incinérateur - © Belga

Avez-vous déjà croisé à Bruxelles un camion poubelle qui mélange tous les sacs (jaunes, bleus et blancs) sans distinction ?  Cela arrive lors de certaines tournées.  Le député bruxellois Ecolo, Arnaud Pinxteren, dénonce le très mauvais signal donné aux Bruxellois. Comme les syndicats, il met en cause la réforme des collectes initiée en janvier. De son côté, Bruxelles-Propreté minimise et parle de cas exceptionnels.

C'est écrit noir sur blanc dans le mail d'un responsable opérationnel de l'agence Bruxelles-Propreté. Dans celui-ci, il explique qu’il faut collecter tous les sacs sans distinction et les amener à l'incinérateur. Cet échange de courriel est arrivé par un vent favorable sur le bureau du député bruxellois Ecolo Arnaud Pinxteren. " C’est un ordre illégal puisqu’il s’inscrit en faux par rapport aux missions de service public de Bruxelles-Propreté qui doit collecter les déchets ménagers mais aussi assurer la gestion des déchets triés. Mais c’est surtout un message très très négatif qui est envoyé aux citoyens qui trient leurs déchets ".

C'est tout le paradoxe. Si les bruxellois sont obligés de trier, les éboueurs sont parfois, eux, obligés de tout détricoter. " On se rend compte qu’il y a des problèmes avec la dernière réforme des collectes " rajoute Arnaud Pinxteren. " Il y a des tournées qui ne sont pas terminées dans les temps. Et donc dans l’urgence, et pour que les rues soient quand même de temps en temps dégagées, on demande à certains travailleurs de ramasser l’ensemble des déchets qui restent, sans distinction et de les amener à l’incinérateur ".

Des cas exceptionnels

Du côté de Bruxelles-Propreté, on parle de cas exceptionnels. " Non ce n’est pas une pratique régulière " précise Etienne Cornesse, son porte-parole.  " C’est arrivé quelques fois au début de l’année et plus récemment fin septembre dans des circonstances particulières. En fait, cela se passe lors de tournées qui sont réalisées suite à des plaintes d’habitants dont les sacs n’ont pas été collectés. Nous devons réagir. Il est toutefois évident que d’un point de vue environnemental, cela n’a aucun sens d’envoyer un camion pour les sacs jaune, un pour les bleus, un pour les blancs. On envoie un seul camion qui va tout collecter ".

Tout ne part pas donc à l’incinérateur. Loin de là, insiste Etienne Cornesse. " Les collectes sont envoyées vers les bons sites de tri-recyclage. Et donc quand c’est exceptionnel, c’est toujours à la marge. Les quantités sont tout à fait minimes ".

Pas si exceptionnels que cela

Les syndicats ne sont pas vraiment du même avis.  Pour Michel Piersoul, permanent SLFP, cette pratique n’est pas exceptionnelle mais régulière vu les longueurs des tournées notamment. " Les éboueurs ne parviennent pas toujours à les boucler. Et du coup des sacs restent en rade. Voilà l’origine du problème. Et puis on n’a pas toujours les effectifs nécessaires. Vu les cadences imposées par cette réforme, il y a de plus en plus de malades, d’accidents de travail et de roulage ".

Fadila Laanan, la secrétaire d'état bruxelloise en charge de la propreté n’a pas souhaité répondre à nos questions. Elle précise toutefois par mail qu'elle a demandé à l’Agence de réfléchir à différentes pistes pour soulager ses travailleurs. Par ailleurs, Fadila Laanan se dit prête à faire des ajustements de la réforme sans revenir toutefois sur les fondamentaux (deux sacs blancs par semaine, la fin de l’alternance jaunes-bleus, la généralisation des sacs orange et la fin des collectes nocturnes pour les ménages).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK