Bruxelles: moins d'agressions physiques et verbales sur les policiers en 2016

L'attaque sur les policiers à Schaerbeek en octobre dernier.
L'attaque sur les policiers à Schaerbeek en octobre dernier. - © DIRK WAEM - BELGA

A Bruxelles, les premiers chiffres concernant le nombre d'agressions sur les policiers en 2016 tombent. Le ministre-président de la Région bruxelloise Rudi Vervoort (PS) annonce que celles-ci, tant physiques que verbales, sont en diminution pour les six zones de la capitale, malgré le contexte de menace terroriste.

A la mi-novembre 2016, et si l'on prend les douze mois précédents, selon Rudi Vervoort, "l’on dénombrait 1141 agressions contre 1393 agressions" un an auparavant et 1704 deux ans auparavant. "Ces chiffres basés sur une année complète, démontrent donc une diminution de ce type d’agressions verbales ou physiques, ces dernières années", se réjouit le ministre-président dans une réponse à une question écrite du député régional MR Alain Destexhe.

A Bruxelles devant Saint-Gilles et Anderlecht

Le libéral avançait d'autres données selon lesquelles la tendance était plutôt à la hausse avec 809 faits au cours du seul premier semestre. Des données fournies par le même ministre-président quelques mois auparavant, comme l'indiquait alors la DH et se basant sur la Banque de données nationale générale. 809, cela représente "plus de quatre agressions de policiers par jour", ajoute Alain Destexhe qui rappelle les attaques sur des policiers à Charleroi en août dernier et à Schaerbeek en octobre. "A noter" ajoute le député, "que ces chiffres concurrencent déjà ceux de 2015 puisqu'en six mois, les chiffres correspondent à plus de la moitié de l'ensemble des faits enregistrés pour toute l'année 2015. Un élément inquiétant est également la nette progression des statistiques relatives aux coups et blessures volontaires. On note en effet 140 plaintes déposées pour les six premiers mois de l'année 201, contre 234 pour toute l'année 2014."

Visiblement, la fin d'année a été moins tendue pour les policiers "après une étude des dernières statistiques", précise Rudi Vervoort qui avance désormais 781 agressions lors du premier semestre. C'est à Bruxelles qu'elles sont les plus nombreuses avec 231 faits au premier semestre, devant Saint-Gilles (81), Anderlecht (77), Ixelles (51), Schaerbeek (50), Molenbeek (49).

Formations à la gestion de la violence

En tout cas, les policiers bruxellois sont actuellement formés à la gestion des actes de violence. Une circulaire prévoit que chaque policier "doit recevoir une formation et un entraînement à la maîtrise du maintien de l’ordre. C’est pourquoi l’ERIP (Ecole régionale de police) a développé un programme spécifique pour la formation de base, il comporte 164 heures de formation en gestion de la violence, un module de communication  sur "comment faire face à la violence", un module incitant à la prudence sur les médias sociaux et enfin huit heures consacrées à la gestion du stress durant lesquelles la problématique de la violence verbale est abordée", précise le ministre-président. "Une offre de formation continuée est également dispensée, elle se compose des deux modules en gestion de la violence verbale et huit heures consacrées aux médias sociaux. Il est également à noter que les policiers et agents de police reçoivent un équipement spécifique pour effectuer leurs missions de terrain (gilet pare-balles, matraque et bouclier)."

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK