Manifestation de demandeurs d'asile afghans à Bruxelles: 158 arrestations

Manifestation de demandeurs d'asile afghans à Bruxelles
8 images
Manifestation de demandeurs d'asile afghans à Bruxelles - © Kevin Van den Panhuyzen

La manifestation des Afghans demandeurs d'asile s'est terminée de façon musclée par 158 arrestations et un blessé, rue de la Loi à Bruxelles. Le bâtiment situé à Ixelles que 150 afghans occupaient depuis le 9 octobre dernier a été évacué. Une dizaine de personnes seulement, principalement des familles, se trouvaient alors sur place, car les autres occupants manifestaient. La police a mis fin à leur sit in qui bloquait le carrefour Arts-Loi.

Près de 200 demandeurs d'asile afghans ont manifesté mardi matin devant le parlement fédéral, où se tenait la présentation du rapport 2012 du Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides.

Les manifestants se sont déplacés près du cabinet du Premier ministre Elio Di Rupo et ont appris l'évacuation du bâtiment qu'ils occupaient rue du Trône, à Ixelles.

C'est déjà la deuxième fois que ces demandeurs d'asile afghans sont évacués de ce bâtiment. Ils en avaient en effet été expulsés une première fois en septembre dernier.

Les manifestants ont entamé un sit in au carrefour Arts-Loi qu'ils voulaient occuper tant qu'une solution de ré-hébergement n'était pas trouvée. La circulation a été fortement perturbée sur la petite ceinture. Les carrefours Belliard et Loi ont été fermés de même que les tunnels de l'avenue de Tervuren en direction Loi.

L'intervention policière a été musclée. Pour la police, il fallait dégager la chaussée rapidement, mais les Afghans, excédés par l'évacuation ont pris un peu trop de temps pour lever le camp au goût des policiers.

La police a fait usage des gaz lacrymogènes, mais aussi de matraques, selon Anne-Marie Dieu, vice-présidente de la Ligue des familles, qui se trouvait parmi les manifestants. Il y a eu un blessé, explique-t-elle.

Parmi les personnes arrêtées, Selma Benkhelifa, une avocate qui défend plusieurs afghans témoigne de la violence policière au téléphone. Ecoutez-la.

150 Afghans mis à disposition de l'Office des Etrangers

Dix personnes arrêtées administrativement à l'issue de la manifestation ont été relâchées vers 19h00, a indiqué mardi le comité de soutien des Afghans. Ces dix manifestants avaient été emmenés aux casernes de la police fédérale à Etterbeek.

Les 158 demandeurs d'asile afghans arrêtés au cours de la même manifestation, ont quant à eux été mis à la disposition de l'Office des Etrangers. Ce dernier dispose de 24 heures pour décider, selon les cas, de relaxer les personnes arrêtées, de les envoyer en centre fermé en vue d'un rapatriement ou encore de leur ordonner de quitter le territoire.

Le président de la Ligue des Droits de l'Homme, Alexis Deswaef fait état de plusieurs blessés laissés sans soins parmi les personnes arrêtées. Trois manifestants ont par ailleurs été transportés à l'hôpital en ambulance.

RTBF avec Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK