Bruxelles: les administrations peinent à recruter "bruxellois"

Atrium reçoit le prix symbolique ABC, l'"Appellation Bruxelloise Contrôlée", des mains de la députée bruxelloise sp.a Hannelore Goeman
Atrium reçoit le prix symbolique ABC, l'"Appellation Bruxelloise Contrôlée", des mains de la députée bruxelloise sp.a Hannelore Goeman - © RTBF

A Bruxelles, à peine un peu plus de la moitié du personnel des administrations et agences régionales vit dans l'une des 19 communes: 53,8 % exactement, d'après la réponse à une question parlementaire de la députée bruxelloise Hannelore Goeman (sp.a). Le gouvernement s'est pourtant fixé d'augmenter de 10% en 5 ans le nombre de bruxellois dans les administrations. Mais cette proportion stagne depuis 2013. Un comble quand on sait que le taux de chômage à Bruxelles est bien plus élevé qu'en Wallonie et en Flandre.

Au Siamu, les 3/4 du personnel sont flamands ou wallons

A la stib, par exemple, un travailleur sur deux, à peine, est bruxellois. Au Siamu (service d'incendie et d'aide médicale urgente), un sur quatre même (27,2%). "On ne peut pas obliger qui que ce soit d'engager tel ou tel type de personne, ni venant de tel ou tel type de région, explique Le Ministre Didier Gosuin. L'Europe nous l'interdit, c'est la libre circulation des personnes. Mais nous avons des incitants, par exemple l'obligation pour les administrations de faire appel à Actiris lorsqu'elles recrutent".

L'obstacle du bilinguisme 

Alors qu'est-ce qui coince? Le bilinguisme, incontestablement. " 47 % des offres d'emploi d'Actiris exigent le bilinguisme, or 7% seulement des personnes inscrites sont bilingues, explique la députée Hannelore Goeman. Dans nos administrations qui doivent être bilingues, c'est évidemment un problème". Et même au-delà des connaissances linguistiques, les exigences en terme de diplômes et de qualifications restent trop souvent insatisfaites, en se limitant aux candidatures bruxelloises. A côté de ces questions de formation, il y a aussi l'exode des classes moyennes en raison des prix de l'immobilier: certains fonctionnaires quittent Bruxelles pour acheter une maison.

Atrium, bon élève

Certaines administrations emploient quand même massivement bruxellois. Chez Atrium, par exemple, l'agence bruxelloise du commerce, 4 employés sur 5 habitent dans la région (84 sur 104 précisément): c'est la championne du recrutement "bruxellois". Arnaud Texier, le directeur général explique: "On va privilégier celui qui aime le plus Bruxelles, celui qui a la vision la plus réaliste ou des idées prospectives pour le bien de Bruxelles. On va aussi privilégier le bruxellois pour des questions de mobilité".

Le sp.a demande au gouvernement bruxellois de développer un plan global pour tous les services publics.

 

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK