Bruxelles: le viaduc Reyers vit peut-être ses derniers mois

Victime de l'usure du temps, le viaduc fait actuellement l'objet de travaux
Victime de l'usure du temps, le viaduc fait actuellement l'objet de travaux - © Google Street View

Victime de l'usure du temps, le viaduc fait actuellement l'objet de travaux. Mais certains demandent sa démolition pour rendre l'axe Montgomery-Meiser plus convivial. C'est la position défendue par la commune de Schaerbeek. C'était déjà celle d'un important comité de quartier en 2008.

Wolu-Inter-Quartier ne se contente pas de critiquer les projets des autorités locales ou régionales. Ces habitants de Woluwe-Saint-Lambert réfléchissent aussi à la ville de demain et formulent des propositions pour améliorer l'espace public, la qualité de vie et la mobilité. En 2008, Wolu-Inter-Quartier avait proposé de supprimer le viaduc Reyers pour faciliter la traversée du boulevard Brand Whitlock.

Pour Bernard Devillers, coordinateur du comité du quartier, le projet était de requalifier tout l’axe Montgomery-Meiser en diminuant le nombre de bandes de circulation, dit-il. "Il faut savoir qu’au niveau de Brand Whitlock et du square Vergote, il y a environ dix bandes de circulation donc c’est une véritable autoroute urbaine. Le projet est surtout de recréer la possibilité d’aller d’un côté à un autre des rives du boulevard Brand Witlock parce qu’il y a des enfants qui vont à l’école d’un côté et qui prennent la voiture actuellement avec leurs parents pour faire des détours, chose qu’il n’existerait plus s’il y avait un boulevard urbain."

A l'époque, les idées des habitants de Woluwe avaient été accueillies dans une indifférence polie. Elles semblent depuis lors avoir tracé leur petit bonhomme de chemin. Et depuis leur projet initial, en 2008, les membres de Wolu-Inter-Quartier ont développé une autre idée : une passerelle piétonne et cyclable enjambant le boulevard, comme celle au-dessus de l'avenue de Tervuren à Woluwe-Saint-Pierre.

Philippe Carlot

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK