Bruxelles: le quartier Reyers bientôt remodelé

Le projet comprend diverses modifications : la chaussée de Louvain accueillera davantage de commerces ; et les alentours de l'avenue Marcel Thiry abriteront à l’avenir des espaces de loisirs et de logements.

Mais le principal changement, c'est bien le rétrécissement de la E40 à l'entrée de Bruxelles. La fin de l'autoroute deviendrait une route urbaine censément plus conviviale. Mais avec quel impact sur la mobilité ?  "On ne sait pas quelle influence cela aura sur la capacité du ring, ni sur la circulation du ring où se trouvent tout de même beaucoup de navetteurs qui se dirigent vers le centre-ville pour aller travailler rue de la Loi, etc, explique Danny Smaghe, porte-parole de Touring. On a donc beaucoup de questions là-dessus, et on n’est pas favorable à ce projet."

Les bureaux d'études qui planchent sur le projet le promettent : cela n'entraînera pas plus de bouchons. Le parti Ecolo estime quant à lui que cela n'engendrera pas une diminution du trafic.

De son côté, le Bral, l'association environnementale bruxelloise, soutient globalement le projet, mais s'interroge sur les divergences de politiques entre Régions bruxelloise et flamande.  "Le souci de la Région bruxelloise, c’est justement une amélioration de la qualité de vie en ville, déclare Jeroen Verhoeven, porte-parole du Bral. Et ce projet Reyers en fait partie. Alors que l’approche de la Région flamande, c’est plutôt l’augmentation du trafic, et que les gens accèdent à Bruxelles en voiture."

J.-Cl. Hennuy - N. Nahjari
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK