Bruxelles: le projet Neo au Heysel se concrétise

Les trois associations momentanées candidates au projet Neo ont les reins solides dans les projets d'envergure, se sont félicités mercredi le ministre-président bruxellois Charles Picqué (PS), le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Freddy Thielemans (PS) et les échevins Alain Courtois (MR) et Philippe Close (PS), présentant cette nouvelle étape du projet de remembrement. Les trois lauréats devront présenter leurs projets respectifs d'ici un an.

Ils auront pour tâche de concevoir leur projet dans le cadre d'une procédure de dialogue compétitif et de s'attarder tout particulièrement sur la conception d'un quartier commercial de maximum 72 000 m2, assorti d'horeca (9000 m2), et éventuellement d'un cinéma dans la zone située au sud et à l'ouest du stade Roi Baudouin. Ils devront viser l'intégration de cet ensemble avec les autres fonctions qu'il devront aussi y développer: 500 à 575 logements, 40 000 à 45 000 m2 d'activités de loisirs, des bureaux en appui des autres activités et des parkings (maximum 3700 places).

Ne sont pas visés par cette première phase de construction: le Centre de de congrès et le stade.

Sept candidats s'étaient présentés. Trois ont été sélectionnés pour poursuivre la compétition:

-l'association Hammerson (actif dans l'immobilier commercial au Royaume Uni et en France)/ Soficom Devlopment/ Codic;

- Klepierre (265 centres commerciaux dans 13 pays d'Europe):AG Real Estate/ Wereldhave Belgium;

- et Unibaill-Rodamco ( e.a ; 74 centres commerciaux dont 51 accueillent plus de 6 millions de visiteurs par an)/CFE/BESIX.

Le projet Neo ne serait pas légal en l’état actuel

En l'état actuel, le projet Neo de réaménagement du plateau du Heysel, a affirmé la Plate-forme interrégionale pour une politique économique durable. Celle-ci regroupe plusieurs associations de l'Environnement, les classes moyennes et les syndicats chrétiens francophone et flamand. Depuis plus de deux ans, elle tire la sonnette d'alarme sur "l'inconséquence" de trois projets de centres commerciaux au centre du pays - deux à Bruxelles et un en Brabant flamand. 

"Uplace et Just Under the Sky pouvaient se vanter d'avoir leurs permis et le projet Neo peut se vanter de voir les candidats se presser aux portillons pour son appel d'offre", a souligné la Plate-forme dans un communiqué.

Pour elle, une analyse plus fine de la situation met en lumière la fragilité de la légalité de ces projets, comme le démontre la décision du Conseil d'Etat qui vient de suspendre le permis d'environnement du projet Uplace.

Sur ce plan, juge-t-elle, le projet NEO n'est pas en reste. Pour la Plate-forme, le projet NEO suppose un changement d'affectation du sol. Or la Commission régionale de développement (CRD) a fait savoir le 29 octobre dernier qu'elle demandait le maintien du plateau du Heysel en zone d'équipement d'intérêt collectif et qu'elle s'opposait à la création d'un centre commercial dès lors qu'il existait deux autres projets à proximité.

Dans ce contexte, lors de la présentation des trois associations de candidats immobiliers au projet de construction de la première phase du projet Neo, le ministre-président Charles Picqué a annoncé mercredi midi que le gouvernement bruxellois se pencherait sur le projet de nouveau Plan Régional d'Affectation de Sol, en février prochain. Celui-ci prévoit l'intégration de plusieurs fonctions et équipements sur le plateau du Heysel a-t-il précisé.

Avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK