Bruxelles: le personnel des hôpitaux joue les traducteurs

Hôpital Brugmann
Hôpital Brugmann - © Mateusz Kukulka

Dans un hôpital, patients et médecins ne parlent pas nécessairement la même langue. Cela peut poser problème lors du diagnostic. Certains hôpitaux font dès lors appel à des membres de leur personnel, pour traduire.

L’affaire avait fait grand bruit : une mère s’est rendue aux urgences avec son bébé fiévreux, et a été renvoyée chez elle. Elle affirme que le médecin de garde ne parlait pas néerlandais, et à peine français. Cette version des faits a été démentie par la direction.

Il est vrai que plusieurs hôpitaux universitaires accueillent des internes du monde entier. Mais ce sont parfois les patients qui éprouvent des difficultés à s'exprimer. Or s'il est un domaine où la précision est particulièrement importante, c'est bien le domaine médical.

"Je parle au personnel médical en français et en arabe, ça dépend. Il y a des médecins tunisiens, et des infirmières africaines, marocaines, belges." Pas de problème pour ce patient.

Reste que parfois, la difficulté linguistique est souvent rencontrée par le patient ou le médecin. "Il y a le travail de fond qu’on fait, qui est d’essayer de veiller soigneusement à ce que tout le monde soit vraiment agile, à l’aise dans la deuxième langue nationale, explique Daniel Désir, directeur général médical au CHU-Brugmann. Et puis multiplier les occasions où les gens se connaissent les uns les autres pour connaître les ressources locales qui se trouvent dans chaque équipe."

En cas de problème de langue, tout membre du personnel peut donc être contacté pour assurer la traduction aux urgences. Comme l’explique Luisa Divano, chef de l'imagerie médicale, d'origine italienne: "On est tout-à-fait disponible pour s’entraider entre cliniciens, et aussi avec les infirmiers ou toute personne de l’hôpital. Il est déjà arrivé qu’on m’appelle pour traduire par téléphone les propos de quelqu’un aux urgences."

Brugmann peut aussi faire appel au CPAS de Bruxelles, capable d'assurer la traduction de 140 langues différentes. Parfois, l'intervention d'un traducteur peut toutefois prendre un peu trop de temps. Un problème pour les urgences.


J.-Cl. Hennuy - N. Nahjari

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK