Bruxelles: le Conseil d'État annule le permis du projet Neo au Heysel

Bruxelles: le Conseil d'État annule le permis du projet Neo au Heysel
Bruxelles: le Conseil d'État annule le permis du projet Neo au Heysel - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le Conseil d'État a annulé lundi l'arrêté du gouvernement bruxellois relatif au projet Neo sur le plateau du Heysel. Le recours émanait de particuliers et de commerçants riverains du site.

L'exécutif régional souhaite réaliser à cet endroit plusieurs projets de grande envergure afin de garantir le rayonnement international de Bruxelles. Il s'agit plus particulièrement de la construction d'un centre international de congrès d'une contenance minimale de 3500 places, d'une salle de spectacles de grande capacité (15 000 places) et d'un centre commercial d'une superficie de 72 000 m2.

La Haute juridiction administrative a annulé l'arrêté de modification du plan régional d'affectation du sol de Bruxelles dans la mesure où il concerne le site du Heysel. Le Conseil a jugé que les exigences du rapport d'incidences sur l'environnement n'ont pas été remplies sur certains points. Ainsi, l'existence d'autres solutions raisonnables pour le site du Heysel n'a pas été examinée. L'évolution ultérieure des aspects environnementaux si le site du Heysel n'avait pas reçu une nouvelle affectation n'a pas non plus été vérifiée.

La suppression de l'obligation prévue antérieurement d'introduire une demande d'autorisation globale pour l'ensemble du site du Heysel ne paraît pas non plus avoir fait l'objet d'une étude d'incidences sur l'environnement.

Par ailleurs, le Conseil constate que le plan n'a pas apporté de solution à la problématique de la mobilité, qui avait été constatée lors de l'élaboration de celui-ci. L'échevin du Tourisme de la Ville de Bruxelles, Philippe Close (PS), également président de Brussels Expo, avait encore indiqué la semaine passée qu'il espérait poser la première pierre du centre commercial au début de 2018.

"Nullement inquiet"

Du côté de la Ville de Bruxelles et de la Région, on indique qu'il est "évident que si des éléments de procédure se sont écartés des prescriptions légales, le travail doit être refait en étroite collaboration avec tous les acteurs" et on se dit confiant que le projet aboutira malgré tout.

"Je ne suis nullement inquiet pour la poursuite du projet NEO, a expliqué le ministre-président Rudi Vervoort (PS). Nous prenons acte du rapport du conseil d'État en insistant sur la fait que le travail accompli jusqu'ici renforce notre conviction que cette zone doit être développée et mise à profit pour Bruxelles et les Bruxellois. Nous sommes tout à fait en mesure de motiver la création d'une ZIR (Zone d'Intérêt régional, ndlr) au Heysel. Nous avons les solutions techniques et juridiques en main, et nous entendons les mettre en œuvre avec l'ensemble des acteurs du Heysel."

"Notre confiance en le projet NEO est intacte, a pour sa part commenté Philippe Close, échevin en charge du projet à la Ville de Bruxelles. Toutes les équipes du projet sont au travail pour apporter rapidement une solution adéquate à ce problème d'ordre juridique afin de permettre à cette zone de profiter d'une réurbanisation indispensable au bien être des Bruxellois, et au développement démographique et économique de notre capitale."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK