Bruxelles: le Chat cherche désespérément un toit

Bruxelles: le Chat cherche désespérément un toit
Bruxelles: le Chat cherche désespérément un toit - © Tous droits réservés

Voilà déjà plusieurs années que Philippe Geluck souhaiterait créer un musée du Chat pour y exposer, notamment, les toiles grand format qu’il accumule depuis 1991. Le dessinateur serait prêt à investir sur fonds privés si ses œuvres trouvent un toit. Geluck souhaite que Bruxelles, sa ville natale, l’accueille, mais n’a pas caché que les lenteurs politiques et administratives pourraient finalement le conduire à accepter une proposition très concrète de l’étranger.

Philippe Geluck attend des autorités compétentes en Belgique qu'elles puissent lui mettre un immeuble à disposition. Mais, quand le dossier traîne, le Chat rugit. "Suite à ce coup de gueule, la Ministre aurait contacté Philippe Geluck pour en discuter. J’ai voulu interroger la Ministre pour qu’elle confirme cette rencontre et l’entendre sur un éventuel partenariat entre la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Région bruxelloise et Bruxelles-Ville. En effet, par le passé et à maintes reprises, nous avons vu une partie de notre patrimoine filer ailleurs. Ce fut le cas pour Schuiten qui a fait don à la Bibliothèque nationale de France d’une grande partie de ses originaux, des planches de Jacobs " pillées " par un vide-grenier ou encore de Franquin. On se doit de réagir et vite ! ", explique Olivier Maroy, député MR au Parlement de la fédération Wallonie-Bruxelles.

La Ministre Milquet a entendu le ronronnement du dessinateur et semble être consciente de l’importance de ne pas louper cette opportunité. "Philippe Geluck le dénonçait lui-même dans une interview accordée à La Libre Belgique : plusieurs ministres ont écouté son projet, mais rien n’a bougé et l’idée s’est enlisée. Au MR, nous soutenons cette initiative et exhortons la Ministre à prendre le taureau par les cornes – ou le Chat par les moustaches ! -, car en plus de la sauvegarde de notre patrimoine, c’est une trentaine d’emplois qui pourraient être créés. Quant à trouver un immeuble adéquat, la Ministre a lancé certaines pistes, mais je rappelle qu’il existe des bâtiments appartenant à la Fédération et depuis longtemps laissés à l’abandon. C’est le cas de l’immeuble situé rue Royale à propos duquel le MR interrogeait déjà le Gouvernement en 2008, s’étonnant qu’on le laisse vide depuis 5 ans déjà à l’époque. Donc, il existe des possibilités. J’attends de la Ministre d’enfin aboutir ! ", ajoute encore le député MR, Olivier Maroy. Mme Milquet et le dessinateur se sont finalement retrouvés mardi à Bruxelles pour discuter du projet.

 

D'après l'Agence Belga, plusieurs pistes sont étudiées, notamment une installation dans le Dexia Art Center, situé rue de l'Ecuyer - un temps envisagé pour accueillir le futur musée d'art moderne-, à la Bourse, ou encore à proximité de la Colonne du Congrès.

Selon la ministre, Philippe Geluck demande à pouvoir bénéficier de 1.500 à 2.000 mètres carrés à proximité de la Grand Place, en contrepartie de quoi l'artiste prendra tous les frais d'installation du musée à sa charge et embauchera le personnel nécessaire à son exploitation, soit quelque 30 équivalents temps-plein. Son objectif est d'aboutir dans un délai de 3 ans environ.

RTBF

 

 

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir