Bruxelles: Jonction Nord-Midi saturée, la piste de l'automatisation des trains étudiée

Bruxelles: Jonction Nord-Midi saturée, la piste de l'automatisation des trains étudiée
Bruxelles: Jonction Nord-Midi saturée, la piste de l'automatisation des trains étudiée - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Chaque jour, la jonction Nord-Midi voit passer 1300 trains. Cela représente un tiers du trafic national. Ce tronçon entre la Gare du Nord et la Gare du midi est complètement saturé. Or le nombre de voyageurs ne cesse d'augmenter. Pour éviter le blocage, la SNCB et Infrabel étudient l'option de l'automatisation. 

D'abord digitaliser les outils de gestion du trafic 

Avant d'envisager cette nouvelle technologie, il fallait d'abord digitaliser les outils de gestion du trafic. C'est désormais chose faite. Les travaux viennent de se terminer. La SNCB et Infrabel peuvent donc plancher sur le futur de la jonction. "On est en effet en train de réfléchir à des dispositifs", détaille Frédéric Sacré, porte-parole d'Infrabel, "et on parle de l'ATO [Automatic Train Operation] qui est un software, une couche supplémentaire que l'on vient mettre sur la signalisation et qui permet une certaine automatisation du trafic des trains. Une réflexion est en cours entre Infrabel et les opérateurs ferroviaires".


►►► À lire aussi : D’où vient la jonction Nord-Midi et pourquoi est-elle si cruciale ?


Objectif: augmenter la capacité de la jonction 

Plusieurs pays dont la France testent déjà cette automatisation du démarrage et du freinage des trains. Une technologie qui doit permettre d'augmenter la capacité de la jonction. Sébastien Ridremont, directeur des ventes chez Bombardiers, une des entreprises qui développe des solutions d'automatisation pour le rail explique : "la gestion des trains dans cette jonction peut gagner en capacité, c'est-à-dire que l'on passera beaucoup plus de trains par heure que ce que l'on peut faire aujourd'hui. Parce que le système automatique va gérer parfaitement la vitesse du train".

Pas avant 2026

Des conducteurs restent toutefois présent pour ouvrir et fermer les portes et intervenir en cas d'incident. Alors combien de trains supplémentaires pourraient être introduits grâce à cette technologie? La SNCB dit ne pas encore avoir la réponse à cette question car les études ne font que débuter. Si elle devait voir le jour dans la jonction Nord-Midi, cette technologie ne devrait pas être lancée avant 2026.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK