Bruxelles: deux voitures de la société américaine Uber saisies à Ixelles

Deux voitures de la société américaine Uber saisies à Ixelles
Deux voitures de la société américaine Uber saisies à Ixelles - © Flickr-Blakespot

Deux voitures de la société américaine Uber ont été saisie à Ixelles en début de semaine. Uber, c'est ce réseau de co-voiturage urbain présent dans une quinzaine de villes, et lancé la semaine dernière à Bruxelles. Le problème, c'est que ce service commercial fonctionne ici sans licence. Le secteur des taxis y voit donc une concurrence déloyale.

La semaine dernière, Brigitte Grouwels avait déjà mis en garde les particuliers roulant pour Uber. La ministre bruxelloise en charge des taxis avait aussi envoyé une mise en demeure à la société, la sommant de cesser ses activités dans la capitale. Mais Uber ne s'est pas exécuté. Les contrôleurs de la direction Taxi de Bruxelles Mobilité ont saisi deux véhicules à proximité d'un quartier fourni en hôtels. Camille Thiry, porte-parole de cette administration régionale:" Ils ont remarqué deux véhicules avec un comportement étrange qui prenaient des passagers à la demande, qu'ils ont d'ailleurs interceptés et les chauffeurs ont tout de suite indiqué qu'ils travaillaient pour Uber. les voitures ont dès lors été saisies par le Parquet."

Uber propose à tout un chacun de devenir chauffeur, et à un tout un chacun d'être véhiculé moins cher qu'en taxi.Une application pour téléphone mobile met en relation les uns et les autres.Voilà la clé du succès de ce réseau de covoiturage commercial. Commercial, et c'est bien là le problème qu'évoque Camille Thiry car Uber n'a fait aucune demande pour s'installer en Région bruxelloise: " Le système est complètement en dehors de la législation et des réglementation en vigueur concernant le transport rémunéré de personnes pour lequel il faut des licences."

Et l'administration bruxelloise de préciser qu'elle n'a rien contre Uber en soi, à qui il est juste demandé de se conformer à la législation bruxelloise.

Pierre Vandenbulcke, Jérôme Durant

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK