Bruxelles: des affiches « Stop Smet » sur des commerces du Sablon

Au moins deux commerces du quartier du Sablon, dans le centre de Bruxelles, affichent depuis quelques jours le portrait de Pascal Smet avec la mention « Stop Smet ». Un message adressé au ministre bruxellois SP.A de la Mobilité visant à lui exprimer une opposition à son projet de suppression des emplacements de parkings en surface et de piétonnisation de la place. Le projet figure dans le programme électoral de One.brussels, la liste emmenée aux régionales par le néerlandophone.

La fronde est toute récente et fait notamment suite au conflit survenu la semaine dernière entre le patron de la pâtisserie Wittamer et Pascal Smet. Dans La Capitale, Paul Wittamer affirmait avoir chassé le ministre en campagne de la terrasse de son commerce au Sablon. Mensonge selon le ministre !

Il a le droit de vie ou de mort sur les commerces

Toujours est-il que depuis lors, les affichettes sont apparues. Patrick Van der Stichelen Rogier est le gérant de la galerie Sablon Antiques Center. Il est le premier à les avoir placardées. « J’ai mis ces affichettes parce que M. Smet est venu avec des flyers, en menant une attaque ciblée sur le Sablon, en faisant toutes les terrasses, en disant qu’il n’y aurait bientôt plus de voitures… Je ne comprends pas sa réaction. Il se prend pour Jules César qui a le droit de vie ou de mort sur les commerces. Sans étude d’incidences, sans concertation avec les commerçants ? Cela me semble illogique. Le parking est le moteur de la place et il veut l’enlever en un claquement de doigts. »

Cette affichette, le gérant de la galerie l’a trouvée sur Internet. « Cette affichette, c’est STOP à son projet de suppression du parking du Sablon. Si M. Smet veut rentrer demain dans ma boutique, il est le bienvenu. Ce n’est pas une interdiction de rentrer. » Cette affichette a été réalisée sur le même modèle que celle qui visait, voici quelques années, l’ancien bourgmestre de la Ville de Bruxelles Yvan Mayeur. A l’époque, les commerçants du centre souhaitaient protester contre l’aménagement du piétonnier du centre.

2 images
Une affiche qui rappelle celle ciblant Yvan Mayeur. © RTBF

Une clientèle aisée et âgée

Depuis, la cible politique est Pascal Smet. « Il n’y a pas de référence à Yvan Mayeur. Et à l’époque, le texte était différent. Ici, j’ai repris l'affichette parce que c’est quelque chose qui marque. » Patrick Van der Stichelen Rogier souhaite interpeller et frapper les esprits, notamment de sa clientèle. « Au Sablon, nous avons une clientèle en général aisée et âgée. Ce ne sont pas des jeunes qui se baladent en trottinette et à vélo. J’ai une galerie avec 22 antiquaires qui sous-louent des emplacements. Mais nous ne faisons pas dans le timbre-poste. Nous faisons dans les statues, les colonnes en marbre, les meubles, les tableaux gigantesques. Et sans parking, on est mort! D’autres commerces ont besoin de ce parking. Sans parking, nous allons perdre une grosse clientèle. Cette clientèle ne va pas aller dans le parking Poelaert et descendre jusqu’au Sablon. Elle veut être à proximité des commerces qu’elle veut visiter. Le parking sur la place représente 50% de mon chiffre d’affaires. Tous les jours, des gens viennent me présenter des objets : des statues, des meubles… C’est un peu ma source d’achat ici à l’extérieur. »

Selon M. Van der Stichelen, « au fur et à mesure que M. Smet mettra la pression, au fur et à mesure que nous placerons cette affichette ».

Smet ne fera pas marche arrière

Contacté par la RTBF, le cabinet de Pascal Smet n’entend pas faire marche arrière. « Nous sommes déterminés à piétonniser le Sablon. On peut retarder un beau projet, pas l’arrêter. Nous avons reçu beaucoup de messages de Bruxellois qui soutiennent le projet. C’est vrai : l’antiquaire en question a toujours été contre ce projet, déjà à l’époque de Christian Ceux (NDLR : échevin cdH de l’Urbanisme de la Ville de Bruxelles de 2006 à 2012). Mais Bruxelles a changé et il est temps de redonner son lustre à la place du Sablon. »

Rappelons que ce dimanche ont lieu les élections régionales. Une autre coalition peut surgir du scrutin : le projet de piétonnisation du Sablon défendu par Pascal Smet peut donc, en théorie, toujours être remis en cause.

 

 

Archives: Journal télévisé 19/09/2013

On ne se déplace plus comme avant dans Bruxelles, les habitudes changent et la Région entend bien faire plus de place aux piétons

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK