Bruxelles: de 2000 à 2700€ pour les commerçants touchés par les travaux

Les travaux du Boulevard Général Jacques ont lieu depuis six mois.
Les travaux du Boulevard Général Jacques ont lieu depuis six mois. - © RTBF

Un forfait de 2000 à 2700 euros pour les commerçants touchés par les travaux, c'est ce qui est discuté au parlement bruxellois ce lundi. Le projet permet d'être indemnisé sans fermer son commerce, contrairement au mécanisme du fédéral. Une bouffée d'oxygène pour les commerçants qui suffoquent dans la poussière des 120 000 chantiers qui ont eu lieu en région bruxelloise en 2017.
 
Voilà six mois que le bruit du marteau piqueur retentit Boulevard Général Jacques. Dans ce magasin de sport, les clients sont de moins en moins nombreux qu'ils viennent à pied ou en voiture. "On a eu à peu près 30% de clientèle en moins, constate le gérant. Mais ce n'est rien comparé à une collègue libraire un peu plus loin. Elle est enclavée dans les travaux. Elle doit avoir perdu plus de 80%."

Une catastrophe pour le chiffre d'affaire. Voilà pourquoi les parlementaires bruxellois débattent aujourd'hui d'un nouveau système d'indemnisation des commerces touchés par les travaux. "L'ancien système était très peu appliqué parce qu'il obligeait le commerçant à fermer pour recevoir l'indemnité", explique Didier Gosuin, ministre bruxellois de l'Economie. En plus de remplir une paperasse assez lourde, le commerçant doit en effet fermer boutique pour recevoir une indemnité de 73,30€ de dédommagement par jour de fermeture. "Ici nous inversons le paradigme", ajoute Didier Gosuin.

Le commerçant doit tout de même répondre à plusieurs conditions: être un commerce de moins de 10 ETP équivalent temps plein (en plus des patrons), que les nuisances durent plus que 29 jours et que la circulation soit diminuée par exemple via la suppression d'une bande de circulation (un seul sens suffit).
Le montant de l'indemnisation s'élève à 2000€ pour les commerçants qui emploie moins de deux ETP, à 2300€ de 2 à 4 ETP et à 2700€ de 5 à 9 ETP. La demande d'indemnisation est renouvelable tous les 6 mois.

Meilleure coordination des chantiers

Ces indemnisations s'accompagneront d'une meilleure coordination des chantiers à en croire le ministre de la mobilité Pascal Smet. En 2017, il y a eu 120 000 chantiers à Bruxelles dont 4000 d'une grande ampleur. Certains ont lieu au même endroit mais à des moments différents. Résultat: on ouvre alors que le béton vient à peine de sécher. Parfois, certains entrepreneurs doivent même attendre qu'un autre ait terminé pour s'y mettre. Et même si le ministre bruxellois de la Mobilité et des Travaux Publics dit respecter les délais, il veut que ça s'accélère.

"On va anticiper la planification sur cinq ans. Ca veut dire que chaque organisme qui met en place un chantier à Bruxelles doit les annoncer 5 ans à l'avance pour que nous puissions les regrouper et mieux organiser les déviations et mieux coordonner les chantiers."

Autre grande mesure: allonger le temps de travail des ouvriers sur les gros chantiers. "Les ouvriers ne travailleront plus de 7 à 19h sur les tous gros chantiers mais de 7 à 22h, explique le ministre. Ils peuvent ainsi travailler en deux "shift" de temps et accélérer le durée des travaux."

Le gouvernement bruxellois prévoit également une meilleure communication sur les dates de chantiers grâce à une nouvelle version d'Osiris, le site internet qui répertorie tous les travaux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK