Bruxelles: cellule mobile de crise pour les maladies mentales

Photo d'illustration
Photo d'illustration - © Flickr - fakelvis

Les maladies mentales sont de plus en plus fréquentes, ou en tout cas de plus en plus visibles, dans la société. Que faire pour aider les malades et comment agir pour leur éviter l’hôpital psychiatrique?

Plusieurs hôpitaux bruxellois se sont associés pour développer une cellule mobile de crise.
Cette cellule peut, à la demande d'un proche, se rendre au domicile du malade et lui proposer des soins, même s'il n'est pas demandeur.

A l'hôpital Saint-Luc, cette équipe fonctionne depuis un an maintenant. Cela commence par une permanence téléphonique ouverte de 9 heures à 21 heures les jours ouvrables. C'est un médecin ou un infirmier spécialisé en psychiatrie qui prennent les appels.

L'équipe mobile de crise ne traite pas les cas d'urgence qui sont confiés à la police ou au SIAMU (Service d'Incendie et d'Aide Médicale Urgente de la Région de Bruxelles-Capitale).

Des malades pas toujours demandeurs

Il s'agit de répondre aux proches qui s'inquiètent devant le comportement d'un fils ou d'une épouse. L'équipe rencontre les proches et peut à leur demande se rendre au domicile du malade. Le premier contact n'est pas toujours facile, l'équipe peut se retrouver face à une porte close. Ils doivent alors user de beaucoup de créativité pour entrer en contact avec le malade.

Une créativité au service de patient qui ne sont pas forcément demandeurs, d'où la difficulté, mais à qui tous espèrent éviter l'hospitalisation ou à tout le moins, assurer une prise en charge qui soulage la famille.

En Belgique, 7 équipes de ce genre sont nées de la réforme de la psychiatrie.

RTBF

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK