Bruxelles brasse: la mousse remonte au nez des Bruxellois

Le Brussels Beer Project en cours d'installation
3 images
Le Brussels Beer Project en cours d'installation - © Tous droits réservés

La tradition de brasser de la bière à Bruxelles est-elle en train de renaître ? Il n'y a plus actuellement que deux brasseries à Bruxelles, mais certains rêvent de faire revivre cette activité au bord du canal. C'est le cas du Brussels Beer Project, une brasserie d'un genre nouveau, rue Dansaert, dans le centre de Bruxelles.

Le Brussels Beer Project vient de recevoir un premier feu vert de la Commission Urbanisme & Environnement de la Ville de Bruxelles. Pour le moment, ce n'est encore qu'un vaste entrepôt, à deux pas du canal et de la rue du Houblon… Inévitablement ! Mais pour la fin de l'été, l'endroit devrait ressembler à une vraie petite brasserie.

Sébastien Morvant est l'un des deux concepteurs du projet, dont il parle avec beaucoup de passion. Son langage pétille lorsqu’il se met à parler "d’assemblage, de filtrage pour avoir une bière bien claire pour la mettre en bouteille et la laisser fermenter… d’attente que la champagnisation s’amorce."

Sébastien Morvant projette de "brasser 600 000 bouteilles de bière tous les ans, donc 2000 à peu près par jour. L’idée est que ce soit une brasserie ouverte vers les gens, très créative avec une vingtaine de recettes par an, dans un quartier qui une histoire brassicole importante. Il y avait une ancienne brasserie dans ce local. C’est une boucle bouclée, un retour vers le passé."

Si la brasserie avait quasiment disparu à Bruxelles, le Brussels Beer Project veut raviver cette tradition. "Il y a une émulation, une stimulation et c’est chouette de voir que Bruxelles redevienne la capitale de la bière."

Ce projet ne table pas que sur la nostalgie. Ses promoteurs ont fait appel aux réseaux sociaux pour décrocher un financement participatif. Et 1100 personnes y ont été de leur poche pour que ce projet voie le jour.

La petite histoire d’une grande bière belge, la Kriek, racontée par Jean-Pierre Van Roy

La brasserie Cantillon est née en 1900. Elle a été créée par le grand père de l’épouse de l’actuel brasseur. Cette brasserie jouissait d’une situation très intéressante à l’époque. Elle est située tout près de la ville de Bruxelles où se trouvaient les principaux estaminets, à proximité des voies de communication telles que la gare du Midi, la chaussée de Mons et, surtout, le long du canal par lequel arrivaient le grain et les céréales.

À ces débuts, le grand-père n’était pas brasseur, il mélangeait du lambic qui était une spécialité bruxelloise "fabriquée en fermentation spontanée" dans toutes les petites brasseries bruxelloises. Il achetait ses lambics pour faire de la gueuze, il était assembleur. Il mélangeait des jeunes lambics et des vieux lambics comme le fils le fait actuellement.

C’est à partir des années 30’ que le fondateur de la Brasserie Cantillon a pensé à installer une brasserie proprement dite, avec des cuves pour transformer des céréales. Il commence à brasser l’hiver 38-39 quand arrive la guerre. Les années 60 deviennent très difficiles où beaucoup de brasseries disparaissent alors. La concurrence avec les procédés modernes étaient déjà bien lancés avant la deuxième guerre mondiale. En 1969, le fondateur propose au beau-fils de reprendre la brasserie.

Aujourd’hui, la génération actuelle a une demande triple de ce qu’elle peut produire. Il faut refuser de la bière alors que la génération précédente s’est battue pour vendre des bouteilles. Maintenant, les gens se battent pour en acheter.

Il y a un engouement pour les bières belges. Les brasseurs ont provoqué cet engouement grâce à des Japonais venus visiter le musée bruxellois de la gueuze. Aujourd’hui, c’est Jean qui supervise l’embouteillage de la Kriek.

Véronique Fiévet

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK