Photos avant-après: découvrez comment Bruxelles a changé au fil du temps

"C'était au temps où Bruxelles rêvait." Lorsque Jacques Brel chantait Bruxelles en 1962, c'était déjà avec une profonde mélancolie. Évoquant le souvenir d'une ville dont les traits changent un peu plus chaque jour. Il est vrai que la capitale belge a connu, peut être plus que d'autres villes, de nombreux "liftings".

Les ravages de la 'bruxellisation' 

Plus que d'autres villes, car de son histoire architecturale, la capitale belge fait figure de cas d'école. Laissant libre cours à un développement urbain hors de tout contrôle, voir pratiquement anarchique à certains endroits, Bruxelles a été victime entre les années 60 et 70 de bouleversements massifs. Du fait de la spéculation immobilière et de la pression des promoteurs, des chefs d’œuvres architecturaux comme la "Maison du Peuple" de Victor Horta, si chère au cœur des Bruxellois, ont souvent laissés place à de grands immeubles de béton. 

Comment Bruxelles a-t-elle évolué au cours des dernières décennies ? Pour mieux comprendre, nous avons choisi dix photos d'archives. Objectif : retourner sur les lieux en 2017, exactement au même endroit qu'à l'époque du cliché, et faire une comparaison. Dans les images ci-dessous, placez votre souris sur le curseur et glissez de gauche à droite pour voyager dans le temps. Attention, le module ne fonctionne pas correctement sur le navigateur Internet Explorer.

La maison du peuple

Le bâtiment de style "Art nouveau" construit entre 1895 et 1899 par l'architexte Victor Horta, était l'une de ses plus importantes réalisations. Située au cœur de la ville, à deux pas du Sablon, elle fut construite pour le Parti ouvrier Belge. Bureaux, magasins, cafés et salles de spectacles se côtoyaient dans ce grand bâtiment d'acier. En 1965, malgré une mobilisation importante pour empêcher sa destruction, notamment de près de 700 architectes à travers le monde qui avaient signé une pétition, rien ne put l'empêcher. Aujourd'hui y trône une tour de bureaux de 26 étages. 

La gare de Bruxelles-Luxembourg

Construite en 1846, l'ancien bâtiment de la gare de Bruxelles-Luxembourg a été le témoin de la construction d'institutions européennes autour de lui, notamment avec la création de l'espace Léopold dès 1990. La même année, le bâtiment de la gare d'origine fut classée, permettant à sa façade de pierre bleue de trôner sur la place encore aujourd'hui.

L'esplanade entre la gare du Luxembourg et le Parlement européen est devenue, en cinq ans, la troisième attraction touristique la plus prisée à Bruxelles.

Flagey - Rue Malibran

Anciennement dénommée place Sainte-Croix, la place Flagey a connu d'importants changement structurels. Véritable croisement entre la chaussée d'Ixelles, la rue Lesbroussart ou encore la rue Malibran, elle reste, malgré de nombreuses critiques le cœur du quartier d'Ixelles.

Flagey - rue Lesbroussart

Place Rogier

Le "Palace Hotel" (actuel Crown Plaza) inauguré en 1909 est aujourd'hui, avec l'Hotel Siru, un des rares survivants des projets de rénovation de la place Rogier. Cette place est considéré comme un véritable "martyr de la bruxellisation".

La porte de Namur

Anciennement une des portes du "deuxième mur" d'enceinte de Bruxelles, la porte de Namur désigne aujourd'hui l'entrée du quartier de la chaussée d'Ixelles.

Grand-Place

Jusqu'à 1990, la Grand-Place de Bruxelles était encore occupée par un large parking à ciel ouvert. Espace devenu piétonnier, tous sont désormais libre d'en parcourir les pavés, pour le plus grand bonheur des nombreux touristes qui viennent la découvrir chaque jour. C'est donc une forêt de smartphone à la recherche du "selfie parfait" qui ont fait place aux moteurs des vieilles voitures d'antan.

Place de Brouckère

Avenue de la Régence

"La bruxellisation ou l'art de la destruction d'une ville en temps de paix"

Nostalgique du vieux Bruxelles ?

Pour Serge Peeters, urbaniste au bureau d'étude "Agora", certes Bruxelles a connu de nombreux changements structurels, mais elle est cependant loin d'être la seule : "Toutes les villes modernes connaissent d'importants changements. C'est le cours normal des choses. Je ne pense pas qu'il faille être véritablement nostalgique de ce qu'était cette ville avant." 

L'urbaniste reste cependant très critique de certaines réalisations : "Il y a eu un certain nombres d'entrepreneurs qui ont simplement gardé des façades historiques et qui ont absolument tout détruit derrière. C'est horrible et je pense qu'aujourd'hui on peut vraiment faire mieux que ça en réutilisant les structures."

Respecter l'architecture historique

La pression démographique sur la ville est un facteur déterminant dans les changements urbains : "On a un territoire qui ne peut pas s'agrandir, face à une population qui elle, est en plein essor. Réinventer le paysage urbain est donc nécessaire, mais doit être tant que possible, respectueux du patrimoine historique. Je ne pense pas que ces éléments soient incompatibles.

Respecter le patrimoine tout en créant de l'espace, c'est tout le défi qui se pose pour le futur. "Il faut être créatif et souple dans notre vision de l'organisation urbaine, la solution ce sont les constructions verticales pour libérer de l'espace au sol et créer des espaces de vies en deçà. Construire des quartiers multifonctionnels entre bureaux, logements, espaces verts, mais surtout pas des HLM."

Alors, pourquoi ne pas redécouvrir certains de ces lieux lors de votre prochaine balade dans Bruxelles ?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir