Certains, à Bruxelles, voudraient aussi ouvrir une salle de shoot pour les toxicomanes

Certains, à Bruxelles, voudraient aussi ouvrir une salle de shoot pour les toxicomanes
Certains, à Bruxelles, voudraient aussi ouvrir une salle de shoot pour les toxicomanes - © pixabay.com - IADE-Michoko - CC0 Creative Commons

Le parlement wallon vient d'adopter en commission une proposition qui pourrait déboucher sur l'ouverture de "salles de shoot". La ville de Liège est notamment candidate à accueillir un lieu de consommation pour les toxicomanes.  C'est une initiative que l'on soutient également à Bruxelles, même si la création de ces salles de consommation à moindre risque (SCMR) dépend, en premier ligne, des autorités fédérales.

En début de législature, la question des SCMR avait d'ailleurs été inscrite à l'ordre du jour d'une conférence interministérielle Santé Publique et un groupe de travail avait même été créé. Mais il faut bien le constater, en trois ans, les choses n'ont pas vraiment bougé. Les SCMR ne sont pas une priorité pour le gouvernement fédéral. Dans ce contexte, la région bruxelloise avance prudemment.

La ministre bruxelloise (Défi) de la Santé, Cécile Jodogne, compétente en matière de prévention, s'est clairement prononcée en faveur de l'ouverture d'une salle de shoot sur le territoire de la région. "La consommation de drogues dans un lieu prévu à cet effet, où les usagers peuvent recevoir des seringues propres, permet de réduire les risques sanitaires comme la transmission de l'hépatite C". Ces lieux permettent par ailleurs de rester en contact avec les consommateurs très précarisés et de les réintégrer dans un circuit d'aide psycho-médico-sociaux. Il existe 90 dispositifs de SCMR en Europe et ils ont largement prouvé leur utilité. 

Ecolo a déposé un texte et attend l'avis du Conseil d'Etat

Il y a quelques mois, les députés bruxellois ecolo Zoé Genot et Alain Maron ont déposé une proposition d'ordonnance relative à la santé visant la réduction des risques liés à la consommation de drogues et donc la création de "salles de shoot". Le texte a été soumis au conseil d'état et son avis est attendu. "Si le conseil d'état n'émet pas d'objection sur ce texte, il pourra être discuté et soumis au vote des parlementaires. Il pourrait aussi servir nos collègues parlementaires wallons qui eux, ont choisi d'y aller au forcing, et sans forcément disposer de bases légales."

Reportage dans les installations liégeoises (JT 13h):

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK