Bruxelles: au terme de la législature, certains songent à se recaser

Au sein des cabinets ministériels, mais aussi parmi les députés, certains songent déjà à leur reclassement.
Au sein des cabinets ministériels, mais aussi parmi les députés, certains songent déjà à leur reclassement. - © RTBF

Ça sent la fin de règne au sein de la majorité bruxelloise. Le terme de la législature régionale approchant, on se prépare à redistribuer les cartes. Au sein des cabinets ministériels, mais aussi parmi les députés, certains songent déjà à leur reclassement. Et les organismes para-régionaux et autres administrations semblent constituer un débouché intéressant.

Les membres des cabinets ministériels ont une tendance naturelle à se recaser dans l'administration régionale une fois leur mission terminée ou lorsque leur ministre n'est pas reconduit dans ses fonctions. Le chef de cabinet de Benoît Cerexhe, Christian Lamouline, est ainsi devenu le patron du ministère de la Région de Bruxelles-Capitale, soit de l'administration régionale. Le chef de cabinet de Charles Picqué, Benjamin Cadranel, a pris la direction de la SDRB, la société de développement régionale. Le chef de cabinet de Bruno De Lille, Patrick Balcaen, postule à la direction générale de Bruxelles-Mobilité.

Quant à Bruxelles-Formation, elle accueillera bientôt l'actuelle députée socialiste Olivia P'tito, sélectionnée par le jury d'examen la semaine passée. Un jury dont certains dénoncent d'ailleurs la composition, avec trois proches ou membres du PS, un membre du CDH et la responsable de la CSC de Bruxelles. Et pas le moindre représentant des employeurs pour choisir la future responsable du plus important opérateur public en matière de formation professionnelle. De là, à penser à une composition de jury d'examen sur mesure pour favoriser la candidature de la députée PS, il n'y a évidemment qu'un pas.

Philippe Carlot

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK