Bruxelles a son maître architecte : "Mon indépendance est très importante"

Bruxelles a son maître architecte : "Mon indépendance est très importante"
Bruxelles a son maître architecte : "Mon indépendance est très importante" - © Tous droits réservés

3 ans de mandat, près de 1000 jours que Kristiaan Borret veille à "la qualité des projets de développement urbain de la capitale". A cette occasion, lui et son équipe ouvrent les portes de leur bureau pour mieux faire connaitre aux Bruxellois leur travail. Désigné par la Région bruxelloise, cet homme de 51 ans est le deuxième à endosser ce nouveau rôle de maître architecte, plus souvent appelé bouwmeester.

"On n’est pas la police du bon goût, cela va au-delà de l’esthétique", explique celui qui était l’invité de Vivacité Bruxelles ce mardi matin. De quel projet urbanistique est-il particulièrement fier à Bruxelles ? "La grande frustration d’un bouwmeester, c’est que construire prend du temps. Moi, j’admire donc les bâtiments accompagnés par mon prédécesseur. Par exemple, le centre de la mode le long du canal ou le village des matériaux sur l’avenue du port."

Employé par la Région bruxelloise, Kristiaan Borret conserve jalousement son autonomie par rapport au pouvoir politique. "L’indépendance de la fonction est très importante. D’un autre côté, je ne peux pas travailler dans une tour d’ivoire. Il faut chercher des alliances partout. Il faut collaborer avec les administrations, les maitres d’ouvrage, le secteur privé."

Et justement, ressent-il une pression des promoteurs immobiliers ? "A Bruxelles, on est dans une période charnière, une période de transition. Il y a un vieux monde qui ne veut pas que les choses changent et qui me considère comme un empêcheur de tourner en rond. D’un autre côté, il y a plein de jeunes architectes, de promoteurs d’une nouvelle génération qui acceptent ma fonction critique."

Le bouwmeester Kristiaan Borret au micro de Barbara Boulet sur Bruxelles Matin

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK