"Brussels Studies" se penche sur l'histoire des excréments de Bruxelles

Photo d'illustration
Photo d'illustration - © Flickr - zaziepoo

La dernière étude, de la très sérieuse revue scientifique électronique "Brussels Studies", est consacrée à la gestion des excréments à Bruxelles. Cette étude nous rappelle que ce que nous considérons, aujourd'hui, comme un déchet, ne l'a pas toujours été.

Jusqu'au milieu du 19e siècle, les excréments sont tout simplement utilisés comme engrais. C'était avant la mise au point des engrais de synthèse issus de la chimie. A la moitié du 19e siècle, récolter devient difficile et l'épandage n'a pas vraiment la côte. La méthode va progressivement être abandonnée.

On met, alors, en place un système d'évacuation qui est le tout à l'égout. Les égouts de Bruxelles apparaissent avec, déjà, un écoulement des "choses" dans la Senne. Cette situation va finalement perdurer tout au long du 20e siècle, jusqu'au moment où l'on va ouvrir la première station d'épuration qui est la station d'épuration nord.

Si "Brussel Studies" s'intéresse à ce sujet, c'est parce qu'il est toujours d'actualité. Les eaux usées sont traitées, aujourd'hui, dans des stations d'épuration mais, après traitement, il y a toujours des résidus. Ces résidus sont surtout mis en décharge et on cherche toujours à mieux valoriser. L'auteure de l'étude, Ananda Kohlbrenner, rappelle d'ailleurs qu'aujourd'hui, le coût de l'épuration à Bruxelles représente 40 % de la facture d'eau.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK