Bruparck: "On ne peut pas rénover des fausses façades des années 80"

Henri Simons, le directeur de l'asbl Atomium
Henri Simons, le directeur de l'asbl Atomium - © HERWIG VERGULT - BELGA

Le Village de Bruparck est définitivement fermé depuis dimanche soir. Il sera démonté et rasé pour laisser la place à un espace vert. Ce sera une partie du futur quartier Neo qui doit voir le jour sur le plateau du Heysel dans les années à venir. Contrairement à Océade, le Village Bruparck n’a pas été prolongé. Il faut dire qu’il était en déclin depuis plusieurs années. Alors que penser de cette fermeture ? Le socialiste Henri Simons, directeur de l’asbl Atomium et ancien échevin de l’urbanisme à la Ville de Bruxelles nous donne son avis.

La fermeture de Bruparck, c’est une bonne chose ?

C’est une chose évidente plutôt qu’une bonne chose. Il faut qu’un jour l’ensemble du Heysel à côté de l’Atomium, Bruparck, Mini-Europe, l’Océade et surtout tous ces parkings à ciel ouvert, deviennent un morceau de ville à part entière. Avec du logement, de l’économie, du loisir. Un équilibre que l’on retrouve dans le projet Neo tel qu’il a été imaginé.

Avec Bruparck, on est un dans un loisir d’un autre âge ?

Oui très clairement. C’est un peu un résidu des années 80 quand Paul Vanden Boeynants a développé le site avec Kinépolis qui est l’un des premiers multiplex européens. On a créé à côté de ça un mini village qui fait penser à la Belgique joyeuse de l’Expo 58. Ça a marché tout un temps, mais aujourd’hui ce n’est plus le cas.

Les exploitants des restaurants notamment dénoncent le fait que les pouvoirs publics ont laissé le site se dégrader petit à petit. Est-ce qu’il n’aurait pas fallu réinvestir dans Bruparck en sachant que l’Océade est prolongé de 2 ans et que Mini Europe sera intégré dans NEO ?

Franchement non. Et je réponds davantage en tant qu’urbaniste qu’en tant que voisin. On ne peut pas rénover des faux bâtiments avec des fausses façades des années 80. On doit vraiment faire quelque chose de contemporain qui fonctionne avec la vie économique des loisirs d’aujourd’hui. Ce n’est pas en mettant un peu de sparadrap et de couleur sur Bruparck qu’on arrivera à quelque chose.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK