Bruno De Lille: "Investissons plutôt dans la mobilité alternative que dans les tunnels"

C'est un vert flamand, Bruno De Lille, qui est venu expliquer mardi matin sur La Première au micro de Robin Cornet sa vision de la mobilité dans et vers Bruxelles. Au nom de Groen et d'Ecolo, l'ancien secrétaire d’État bruxellois à la Mobilité avait proposé de fermer les tunnels bruxellois en piteux état.

Son constat : rien ne va plus aujourd'hui et les réparations pourraient coûter cher. A court terme 523 millions d'euros, plus d'un milliard avec les indispensables entretiens, un milliard que la Région capitale n'a pas, indique Bruno De Lille pour qui cette solution ne résoudra pas les problèmes de mobilité à Bruxelles.

"Fermer les tunnels n'est pas un but en soi", mais ce sera le résultat d'une réorganisation, précise le chef de groupe des écologistes flamands à Bruxelles. Utilisons cet argent pour financer des infrastructures, transports publics, RER, ou pour le vélo, propose Bruno De Lille pour donner des alternatives à l'accès à Bruxelles et renforcer son attractivité économique, une préoccupation essentielle du monde de l'entreprise : "Il faut repenser Bruxelles, réorganiser la mobilité, faire venir les gens en transport en commun, diminuer la pression automobile et améliorer l'accessibilité", répond l'élu bruxellois Groen.

Il est donc temps de développer le RER, le Brabantnet, les rues cyclables : ce sera du win-win avec les autres Régions dont les habitants viennent à Bruxelles, dit-il. Bruxelles ne doit pas mendier, "il faut trouver une solution ensemble", estime Bruno De Lille.

Le problème des tunnels est aussi une chance, "c'est la fin du tout à la voiture, c'est urgent", dit-il, ce serait "idiot", "incompréhensible et même irresponsable de ne pas finaliser le RER".

Et à la fin, conclut-il, on pourra "fermer certains tunnels aspirateurs à voitures, on va garder ceux qui favorisent la fluidité. Tout cela est réaliste, regardez Paris ou Berlin, l'alternative existe, on peut changer les choses en 10 ans pour arriver à une autre ville".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK