Bruit des avions: Galant est la "ministre de l'immobilité", dit le cdH bruxellois

Selon le CDH, Galant est la "ministre de l'immobilité" dans le dossier du bruit des avions
2 images
Selon le CDH, Galant est la "ministre de l'immobilité" dans le dossier du bruit des avions - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Vaste et important débat que celui qui se tient ce vendredi au Parlement bruxellois. Le thème : le survol de Bruxelles. Alors que la ministre fédérale de la Mobilité Jacqueline Galant (MR) promet un plan de répartition avant la fin de l'année, la ministre bruxelloise de l'Environnement Céline Frémault (cdH) a décidé de présenter aux parlementaires les derniers résultats relatifs à la surveillance du bruit du trafic aérien.

Mais avant ces chiffres, plusieurs membres ont pu faire valoir leur point de vue. Vincent De Wolf, chef de groupe MR a, par exemple, réclamé de ne pas tirer sur le MR qui gère le dossier au Fédéral. Il a aussi demandé que soit respecté le moratoire sur le plan Wathelet, mis en place début 2014. "Il doit être respecté", a-t-il insisté demandant par ailleurs que soit appliquée une tolérance zéro de la part de la Région bruxelloise vis-à-vis des compagnies aériennes et des avions qui transgressent les normes de bruit bruxelloises. "Aujourd'hui, seul un million d'euros sur les 15 réclamés par la Région en terme d'amendes ont été payés", regrette le libéral.

Supprimer la route du canal

Pour Gaëtan Van Goidsenhoven (MR), par ailleurs échevin à Anderlecht, il faut préserver la zone du canal. "C'est tout sauf une zone inhabitée, un no man's land. C'est un lieu de vie avec 392 000 habitants", rappelle le député qui demande ni plus ni moins "la suppression de la route du canal."

Pour Ecolo, Arnaud Pinxteren rappelle que le dossier est "complexe et muti-facettes" et que le problème doit être solutionné "rapidement et structurellement" vu un règlement européen qui figera les routes aériennes à partir de juin 2016. Des solutions existent selon l'élu Vert comme la suppression de la route du canal, celle du ring, les vols de nuit, la limitation du trafic et de la croissance du fret, le recul de la piste 25 gauche... Bref, des pistes émises cette semaine par le collectif de citoyens Pas Question.

Pour Jef Van Damme, l'activité à l'aéroport doit conjuguer "boulot et dodo", expansion économique et qualité de vie des Bruxellois, "pour éviter les pertes d'emplois, les conflits avec le Fédéral et la Flandre". "Fermer Brussels Airport ou le déplacer, ce n'est pas la solution", a-t-il ajouté évoquant des issues plus durables.

Le tweet de Jef Van Damme

Au PS, on parle carrément de "marasme politique autour du survol" et d'un "scandale environnemental, sanitaire et de sécurité publique". On accuse aussi la ministre Galant d'une "totale méconnaissance du dossier". "C'est Jacqueline au gouvernement", a ironisé Marc-Jean Ghyssels.

L'autoroute des atterrissages

Benoît Cerexhe, député cdH, a parlé lui de "ministre de l'Immobilité". "Elle dit travailler seule, en silence, à une vliegwet (NDLR: une loi de survol) mais qui ne fera que clicher la situation actuelle". Selon le bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre, avant la décision de justice du 31 juillet 2014, "nous avions auparavant deux virages à gauche, aujourd'hui nous avons un virage mais doublement élargi".

Il ajoute : "Depuis avril 2015 et le plan Galant, Bruxelles n'a jamais été autant survolé. Au niveau des atterrissages, la piste 07 qui traverse tout Bruxelles est plus utilisée que d'habitude. La piste 01, qui ne peut être utilisée que quand les conditions de vent sont défavorables, est devenue le déversoir de Zaventem, l'autoroute des atterrissages", au détriment des habitants de sa commune ainsi que ceux de Watermael-Boitsfort et Auderghem. "Tous les records ont été battus depuis avril avec 2500 avions qui ont atterri sur la 01 et sur les dix derniers jours, on parle de 1200 événements sonores de plus de 65 décibels." Conclusion pour Benoît Cerexhe : il faut stopper le développement de Zaventem en faveur du fret et du low-cost mais aussi actualiser les normes de bruit bruxelloises.

Les FDF eux demandent une "position unie des Bruxellois, le maintien et l'application de l'arrêté Gosuin avec une tolérance zéro, le non à une vliegwet qui ne tienne pas compte de la santé et du nombre d'habitants, une étude épidémiologique, une extension rapide de la nuit sans avions de 22 h à 7 h du matin et la mise en place d'une autorité de contrôle indépendante."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK