Brugmann ou l'avant-première du cinéma à l'hôpital

Cette salle d'ergothérapie (CHU Brugmann) se transforme en salle de cinéma pour les patients, 2 fois par mois
Cette salle d'ergothérapie (CHU Brugmann) se transforme en salle de cinéma pour les patients, 2 fois par mois - © CHU Brugmann

Le CHU Brugmann, à Bruxelles, participe depuis le mois d'avril dernier à une expérience-pilote: l'organisation de séances de cinéma gratuites au sein même de l'hôpital. Un projet philanthropique qui devrait s'étendre à 4 autres institutions hospitalières d'ici la fin de l'année. Ce ciné-club original sera organisé à la clinique Saint-Joseph du CHC Liège, au CHR Mons-Hainaut, au centre hospitalier de revalidation Inkendaal et au centre de soins psychiatriques OPZC Rekem. Une série de films récents et plus anciens est fournie aux établissements en vue d'organiser une vingtaine de projections gratuites par an, à destination des patients, éventuellement accompagnés d'un proche.

"Cinema for all"

A l'origine du projet de ce "cinéma pour tous": la société bruxelloise UFund et la Fondation Roi Baudouin. UFund est spécialisée dans la levée de fonds Tax Shelter, le système qui prévoit un incitant fiscal destiné à encourager l'investissement belge dans des oeuvres audiovisuelles. "Notre succès nous a incité à offrir de la distraction à ceux qui ne peuvent pas en profiter, comme les patients hospitalisés", explique Nadia Khamlichi, directrice de UFund. "Nous finançons cette opération qui permet aux patients d'avoir un séjour hospitalier moins difficile. Le matériel est prêté. Et nous payons évidemment les droits d'auteurs. Pour nous, ce projet est un bon moyen d'élargir le public du 7ème art. Cela permet aux patients de pouvoir aller au cinéma tout en restant à l'hôpital, sous surveillance médicale. Nous espérons collaborer avec 10 hôpitaux supplémentaires en 2016."

Des patients cinéphiles

Au service de revalidation du CHU Brugmann, le projet rencontre un franc succès. Deux fois par mois, quelque 25 patients se rendent dans une salle aménagée pour l'occasion en petit cinéma. "On se sent vraiment comme au cinéma", explique Hafida. "C'est bien mieux que de regarder un film sur petit écran dans notre chambre. Ici, on partage un bon moment avec d'autres patients. C'est le cinéma qui vient à l'hôpital. On a donc pas à se déplacer. C'est vraiment l'idéal pour se changer les idées."

"Nous sommes enfermés toute la journée", précise Gisèle. "C'est donc très important d'avoir une distraction. Les films sont vraiment bons. C'est une excellente idée. Et c'est gratuit !"

Une collaboration multidisciplinaire

A Brugmann, où le projet a démarré, personnel et direction s'impliquent visiblement avec enthousiasme dans cette aventure cinématographique. "L'organisation de ces séances n'a pas été facile, mais le projet nous a tout de suite séduits", affirme Francis de Drée, directeur général du CHU Brugmann. "Au-delà des soins et services hospitaliers, nous offrons aux patients une activité sociale. C'est également important d'offrir des moments de distraction à nos patients hospitalisés pour des durées assez longues. Notre collaboration est multidisciplinaire. Des médecins s'impliquent, par exemple, dans le choix des films. D'autres membres du personnel apportent une aide logistique. Pour réaménager temporairement une salle en petit cinéma, par exemple. D'autres encore surveillent les patients pendant les séances cinéma, au cas où l'un d'eux aurait un malaise ou un problème quelconque. Nous sommes vraiment satisfaits de cette collaboration." Un projet original qui devrait donc faire des émules aux quatre coins du pays.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK