Brugelette: fermeture temporaire de l'école secondaire Sainte-Gertrude à cause du Covid

Seule l’ école secondaire Sainte-Gertrude de Brugelette est actuellement fermée. L’école fondamentale n’est pas concernée.
Seule l’ école secondaire Sainte-Gertrude de Brugelette est actuellement fermée. L’école fondamentale n’est pas concernée. - © Xavier Mouligneau

Depuis ce mardi matin, l’école secondaire Sainte-Gertrude de Brugelette, près d’Ath, est fermée et le restera au moins jusqu’à vendredi inclus. La décision a été prise ce lundi par la direction et a été annoncée aux parents dans un courrier. En cause: deux cas de Covid parmi les 70 membres du personnel enseignant. Une partie du personnel a du coup dû se mettre en quarantaine de même que les classes concernées. Mais au bout du compte, le manque global de personnel, conjugué aux conditions sanitaires, ne permettaient plus d’assurer l’encadrement des quelque 250 élèves qui fréquentent cette institution d’enseignement spécialisé.   

Un principe de précaution 

Séverine Sautriaux, la directrice de l’établissement, se veut néanmoins rassurante. Pas question de parler de foyer mais plutôt d’un principe de précaution. Pour elle, la décision de fermeture est plus liée à une question organisationnelle.  À ce stade, la reprise des cours est prévue à partir du lundi 1er février. Mais tout dépendra bien attendu du résultat des tests de dépistage effectués à la fois par les enseignants mais également par les élèves fréquentant l’école. "Objectivement, nous ne sommes pas inquiets car les premiers résultats qui arrivent sont tous négatifs actuellement, ce qui est plutôt rassurant" explique Séverine Sautriaux. Celle-ci travaille d’ailleurs d’ores et déjà à l’organisation de la semaine prochaine. "La spécificité de notre enseignement fait que ce sont des élèves qui ont absolument besoin de présentiel vu déjà leurs difficultés d’apprentissage" précise-t-elle. "Nous avons tenté l’hybridation mais force est de constater que nos élèves ont plus que jamais besoin de venir à l’école pour leur accrochage scolaire et pour leur socialisation". La volonté est donc de pouvoir reprendre rapidement les cours, quitte à engager du personnel pour pallier les absences.

La section primaire n'est pas concernée 

En revanche, et c’est important de le signaler, la section primaire de l’école Saint-Gertrude n’est pas concernée par cette fermeture temporaire. Nadine Dubois, sa directrice, ne semble pas inquiète outre mesure à ce stade vu les mesures sanitaires mises en place au sein de l’établissement.  "La situation est bien gérée par le secondaire. Nous sommes juste attentifs aux résultats des tests chez leurs élèves car certains d’entre eux prennent les mêmes bus scolaires que des enfants fréquentant le fondamental. Mais pour le reste, les locaux sont bien séparés et il n’y a aucun contact. Tout est mis en place pour la sécurité des enfants".

Pour le moment, nous avons l’impression d’être engagés dans une opération de sauvetage car certains enfants commencent à avoir des difficultés psychiques assez conséquentes! 

Il n’empêche, cette décision de fermeture n’est pas sans conséquence pour l’internat voisin au sein de l’Institut Médico Pédagogique Sainte-Gertrude. Sur les quelque 90 enfants et adolescents qui y sont accueillis, une trentaine sont scolarisés dans l’école secondaire voisine. Pour Jean-François Bertrand, l’éducateur-responsable, ce n’est pas simple à gérer car il y a tout un protocole à respecter. "Il faut notamment tester les enfants concernés et si ils sont positifs, il faut les isoler et se pose alors notamment la question du lien social avec leur famille, leur fratrie. C’est ainsi que par exemple des enfants qui ne sont pas rentrés chez eux d’octobre à Noël et qui maintenant risquent d’être coincés ici de janvier jusqu’au mois d’avril comme c’est parti… " explique-t-il. C’est clairement une situation inédite qui demande pas mal d’adaptations pour cette institution. "Nous sommes dans un établissement qui est ouvert 365 jours sur 365 et c’est extrêmement lourd à gérer en termes de procédure, de suivi des enfants, des soins dont ont besoin certains d’entre eux ou encore au niveau du maintien de contacts avec leur famille. Et Jean-François Bertrand de se dire inquiet si la situation devait perdurer. "Pour le moment, nous avons l’impression d’être engagés dans une opération de sauvetage car certains enfants commencent à avoir des difficultés psychiques assez conséquentes !".

 

Ecoles: nouvelles règles avec les cas contacts mis en quarantaine (JT 25/01/2021)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK