BRIFF: "il fallait que les films soient montrés"

Le Brussels International Film Festival (BRIFF) s’ouvre ce jeudi à Bruxelles. L’événement, qui avait dû être reporté en raison de la crise sanitaire, pourra compter sur la présence de pointures comme le cinéaste franco-grec Costa-Gavras ou le réalisateur belge Lucas Belvaux qui présente son film " Des hommes " en ouverture du festival. " Ça fait plaisir de pouvoir montrer son film au public. On attendait ça quand même depuis longtemps. Ça reprend tout doucement. En fait ce sont des signaux. On peut faire à nouveau rentrer des gens dans les salles même si elles ne sont pas entièrement remplies. On n’a pas le droit de les remplir. Mais il y a une demande. On pourrait les remplir. Donc ça veut dire que les gens ont à nouveau envie d’aller voir des films ".

Sans cesse se réadapter

Reporté au mois de juillet puis en août et finalement en septembre. Les organisateurs ont dû s’adapter, remettre à chaque fois l’ouvrage sur le métier. " Certains films entre-temps ne sortaient plus ou sont sortis ou sont sortis en VOD (vidéo à la demande, ndlr). Et donc il fallait systématiquement réagir à toutes les nouvelles contraintes aussi. Donc ça a été quelque chose qui était en perpétuelle évolution " explique Céline Masset, co-organisatrice du BRIFF.

Peu importe s’il y a moins de spectateurs

L’idée d’un festival en ligne a même été évoquée un moment. Mais la volonté de faire se rencontrer cinéphiles et professionnels du cinéma était plus forte. Peu importe s’il y a moins de spectateurs dans les salles. " Il y a quelques semaines encore, quelques jours même, c’étaient des jauges de 100 places maximum. Et là aussi on s’est dit, il faut le faire parce que même s’il n’y a que 30, 40 personnes en salle, il faut être là pour elles. Il faut que les films soient montrés. S’il n’y a pas de festival en live, s’il n’y a pas ces rencontres, il n’y a pas de réseautage. Et on est là aussi pour que des choses naissent au départ du festival " poursuit Céline Masset.

C’est donc parti pour 10 jours de compétitions, mais aussi pour des séances à destination des familles et des projections en plein air. Pour tenter de faire revivre, le 7e art, au cœur de Bruxelles.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK