Brexit: jusqu'ici, Bruxelles n'a pas vraiment réussi à attirer les entreprises britanniques

Bruxelles n'a attiré jusqu'ici que neuf entreprises britanniques, soit à peine 3% des transferts d'activités. Dublin, le Luxembourg, Paris ou encore Francfort ont nettement plus de succès.
Bruxelles n'a attiré jusqu'ici que neuf entreprises britanniques, soit à peine 3% des transferts d'activités. Dublin, le Luxembourg, Paris ou encore Francfort ont nettement plus de succès. - © AFP

Dans le secteur des banques et de la finance, elles sont nombreuses à vouloir quitter Londres pour une capitale ou une ville européenne. C'est évidemment une des conséquences du Brexit annoncé. Dans ce contexte, Bruxelles espérait pouvoir attirer ces entreprises sur son territoire mais, apparemment, ce ne sera pas le cas…

Il y a peu, une mission économique bruxelloise s'est rendue à Londres pour vanter les attraits de notre capitale auprès d'entreprises britanniques orientées vers le marché européen. La secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Cécile Jodogne, avait décidé de cibler trois secteurs : assurances et finances ; audiovisuel et sciences de la vie.

Selon le think tank "New Financial", quelque 270 entreprises de la banque et de la finance sont concernées par le Brexit. Force est de le constater, la plupart de ces firmes n'ont pas choisi Bruxelles. C'est Dublin qui se taille la part du lion, devant Luxembourg, Paris, Francfort et Amsterdam. Bruxelles n'a attiré que neuf entreprises, soit à peine 3% des transferts d'activités.

Pour le cabinet de Cécile Jodogne, parler d'échec à ce stade est prématuré. Il faudra attendre les décisions des prochaines semaines pour dresser un premier bilan de la stratégie bruxelloise.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK